/news/currentevents
Navigation

Congédié de la Ville avec 16 000$ en poche

Jean-François Thibault
Photo courtoisie Jean-François Thibault
Ex-attaché politique

Coup d'oeil sur cet article

Un attaché politique du maire Denis Coderre congédié après avoir été filmé en train d’inhaler du crystal meth a reçu une indemnité de départ de 16 400 $ de la Ville de Montréal.

«On aurait pu lui demander de remettre sa démission plutôt que de lui verser ce montant. C’est un manque d’égard pour l’argent des contribuables montréalais», dénonce Carl Vallée, directeur québécois de la Fédération canadienne des contribuables.

Jean-François Thibault, qui s’occupait notamment de la logistique entourant les déplacements du maire Coderre, a été congédié en décembre dernier après la diffusion d’une vidéo obtenue par TVA Nouvelles.

La vidéo le montrait en robe de chambre avec une pipe de cristaux translucides de crystal meth à la main, qu’il a fait fondre avant d’inhaler.

M. Thibault avait par la suite admis être l’homme sur la vidéo et s’estimait victime d’une vengeance personnelle.

Trois mois payés

Le porte-parole de la Ville de Montréal, Gonzalo Nunez, explique par courriel que trois mois de salaire ont été versés à M. Thibault, conformément aux règles en place lorsque l’employeur choisit de mettre fin à l’emploi du membre du personnel de cabinet.

Jean-François Thibault a ainsi touché 16 400 $, ce qui situe son salaire annuel à un peu plus de 60 000 $.

Selon sa page LinkedIn, il travaillait à l’Hôtel de Ville depuis trois ans avant son congédiement.

Il avait aussi travaillé pour la campagne de Denis Coderre en 2013, puis milité par le passé pour le Parti libéral du Canada, ainsi que la Coalition avenir Québec.

Pour Carl Vallée, compte tenu des circonstances entourant son renvoi, soit la consommation d’une drogue illégale, la Ville aurait dû prendre les moyens d’éviter de lui verser une indemnité aux frais des contribuables.

« Raisonnable »

Cependant, l’experte en gestion municipale de l’UQAM Danielle Pilette estime quant à elle que l’indemnité est «raisonnable dans les circonstances».

Selon elle, c’était la meilleure façon de limiter rapidement les dommages à l’image de la Ville et du cabinet du maire.

Mme Pilette ne croit pas non plus que la démission de M. Thibault aurait pu être exigée avec comme seule preuve la vidéo qui a été diffusée.