/finance/business
Navigation

Labatt se proclame numéro 1 au Québec devant Molson-Coors

Le brasseur revendique près de 43 % des parts de marché

ARG-LABATT-DIVERSIFICATION
Photo d'archives, Agence QMI Labatt dit avoir investi plus de 100 millions $ depuis trois ans au Québec pour gagner de nouveaux clients. Sur la photo, le brasseur avait inauguré ses nouvelles installations à l’usine de Lasalle, à Montréal, l’année dernière.

Coup d'oeil sur cet article

La guerre des grands brasseurs est loin de s’essouffler au Québec.

Labatt revendique le statut de numéro un devant Molson-Coors avec tout près de 43 % des parts de marché de la bière vendue en sol québécois.

«On a beaucoup investi dans nos installations au Québec et aujourd’hui, on peut dire que ces investissements rapportent gros», a indiqué, jeudi, au Journal, le porte-parole de Labatt, Jean Gagnon.

Labatt dit occuper la première place du podium tant au Québec qu’au pays devant son éternel rival, Molson-Coors, qui occuperait tout près de 40 % des parts de marché, selon ses propres documents corporatifs.

Jeudi, chez Molson-Coors, personne n’a voulu commenter ni contester la revendication de Labatt.

Labatt soutient que la bière préférée des Québécois est la Budweiser, que le brasseur détient dans son portefeuille.

La Bud serait la bière la plus vendue au Québec, avec plus de 20 % des parts de marché.

Depuis trois ans, Labatt dit avoir investi plus de 100 millions $ au Québec pour gagner de nouveaux clients, dont 47 millions $ dans une nouvelle ligne de production de canettes à Montréal.

Marché de 2,5 milliards $

Au Québec, la vente de bière n’est pas une mince affaire. Le marché annuel de

2,5 milliards $ est largement dominé par trois joueurs : Labatt, Molson-Coors et Sleeman.

«Ces trois grands joueurs détiennent 91 % du marché de la bière au Québec», signale le porte-parole de l’Association des brasseurs du Québec, Patrick Léger Bourgoin, qui ne conteste pas les revendications de Labatt.

Nouveaux produits

Selon ce dernier, les grands brasseurs investissent de plus en plus dans de nouveaux produits dits à valeur ajoutée pour gagner de nouvelles parts de marché.

«On le voit avec les produits sans alcool ou à faible teneur en alcool, qui sont de plus en plus populaire. Molson a lancé sa bière 67, Labatt, sa Prohibition, et Sleeman, sa nouvelle version Clear», a-t-il expliqué.

Outre la présence des grands brasseurs, l’avancée des microbrasseries dans le marché de la bière au Québec est indéniable.

Les microbrasseries, dont les parts de marché s’élevaient à 7 % il y a 5 ans, en détiennent maintenant 9 %.

MARCHÉ DE LA BIÈRE AU QUÉBEC

  • Ventes annuelles: 2,5 milliards $
  • Nombre de permis de microbrasseries: 166
  • Nombre de points de vente: 22 000
  • Prix moyen du litre vendu : 3,79 $
* Source : Statistique Canada et Association des brasseurs