/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

DM spindoctors-01DM spindoctors-01

Laurent Lessard et les caves

Laurent Lessard et les caves
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre Lessard n’entend décidément pas à rire. Alors que les journalistes de la Tribune de la presse le questionnaient sur les impacts de l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, le ministre des Transports et ministre de l’Agriculture s’est stupidement emporté contre le journaliste Sébastien Bovet, de Radio-Canada.

Soulignons ici que Sébastien Bovet est un journaliste professionnel, brillant et compétent. Il est apprécié de ses collègues, des élus et du personnel politique.

Alors quand il demande, sur un ton léger, si « La Vache qui rit s’en va en Europe », et que le bourru ministre lui répond « on va arrêter faire le cave icitte », on ne peut faire autrement que de se cogner à répétition la tête sur notre bureau, en guise de découragement profond. Ou encore de se rappeler les sketches de Jean-Michel Anctil avec le célèbre « Rateau »...

Mais quel est le problème du ministre Lessard?

Souvenons-nous qu’il a été à l’origine d’une des plus grosses crises de son gouvernement lors de sa gestion cahoteuse et navrante de la tempête de neige qui avait fait prisonnier quelques centaines d’automobilistes au mois de mars dernier. En paraissant déconnecté et agressif devant les médias (encore!), il avait donné le ton et le mal était fait quant à la perception du travail du gouvernement.

Je comprends que la dernière année a été très difficile pour monsieur Lessard. Uber et les taxis, un attaché politique tentaculaire, un ministère indomptable, des tempêtes de neige... Mais ce n’est pas une raison pour insulter quiconque.

On est habitué au style un peu rustre de monsieur Lessard. Sa « drôle de parlure », comme dirait l’autre, le rendait même sympathique. Mais là, il est temps qu’il prenne son gaz égal.

En fait, Laurent Lessard me rappelle lorsque mon garçon de 6 ans boude. Je lui demande alors s’il est de bonne humeur. Quand il acquiesce sèchement, je lui réponds « Ben dis-le à ta face, on dirait qu’elle ne le sait pas ».

Monsieur Lessard, aimez-vous encore votre job? Oui? Ben dites-le donc à votre face.