/lifestyle/food
Navigation

«Je rêverais de découvrir le monde par la nourriture»

«Je rêverais de découvrir le monde par la nourriture»
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Lynda Thalie est une femme passionnée. Passionnée et aimante de ses deux enfants. Passionnée et aimante de son métier de chanteuse et de musicienne. Elle enregistre en ce moment la bande musicale du documentaire Les Oubliés. Elle est aussi la voix, en français, de Wonder Woman. Une femme forte Lynda! Et aussi une passionnée et aimante de cuisine. Ça tombe bien puisque nous sommes attablés à l’un de ses restaurants préférés au Québec, Le Tire-Bouchon, à Boucherville, qui offre une douce cuisine française avec des accents marocains. Yassine, le propriétaire est originaire du Maroc, à la frontière de son pays voisin l’Algérie, pays de naissance de Lynda. Nous terminerons donc cet entretien avec le thé à la menthe, symbole d’hospitalité!

Questionnaire gourmand

Présente-nous ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi.

Lynda sort de son sac une paire de ciseaux à plusieurs lames pour couper les fines herbes.

Je suis la plus gourmande du monde, mais pas nécessairement la plus habile des cuisinières. Couper et hacher le persil, je trouve ça trop long à faire. Par contre, beaucoup de cuisiniers m’ont dit que, plutôt que de les hacher, les ciseaux sont un bon outil pour couper les fines herbes, et ainsi, préserver plus adéquatement leurs parfums.

As-tu d’autres accessoires qui te facilitent la vie dans la cuisine?

J’ai un truc très pratique que je garde au réfrigérateur, c’est mon petit pot en céramique dans lequel je conserve l’ail. J’ai comme ça toujours de l’ail sous la main et comme il est hermétique, il garde ainsi l’odeur à l’intérieur du pot.

Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi?

C’est sans critique et sans prise de tête. Ça doit être simple et chaleureux. Les gens qui viennent à la maison sont aussi les acteurs de la soirée, chacun participe, fait un truc, cela devient un party en soi. Juste durant la préparation de la soirée, c’est très convivial et on rit beaucoup. Alors en entrée, je ferais une belle petite salade, avec tomates, concombres, olives, feta, aromates, citron et de la bonne huile d’olive d’Algérie ou d’un pays du Maghreb­­­... C’est merveilleux! Ensuite, je ferais mon plat fétiche, la «rechta», des nouilles très fines avec un poulet mijoté, et je terminerais cette savoureuse préparation, avec de la cannelle. Un pur délice! Et en dessert, tarte au citron... J’en suis folle!

Essaies-tu tes recettes avant de les servir à tes invités?

C’est assez compliqué puisque je ne suis jamais une recette dans un livre. Mes invités sont alors des cobayes. Mais bon, recevoir, c’est aussi un acte d’amour, de générosité, alors si tu te trompes et que les gens t’aiment, eh bien, ils auront une belle occasion de rire encore plus!

Raconte-nous la réalisation culinaire dont tu es la plus fière.

«Je rêverais de découvrir le monde par la nourriture»
Photo Fotolia

 

Mes poivrons farcis. C’est quelque chose, c’est toujours délicieux. J’aime les faire et les manger. Courgettes (Dolma), aubergines grillées et au four. Bref, ce sont des préparations très savoureuses.

Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté...

Oui, une omelette aux crevettes que j’avais faite pour les enfants. Omelette parfaite, mais ce qui n’était pas parfait, c’était les crevettes... J’ai dû jeter le plat.

Quelle est ta meilleure expérience culinaire à vie?

Dernièrement, au Cambodge. Tout ce que je mangeais était extraordinaire. Les saveurs, les odeurs partout, la cuisine de rue, les crevettes immenses, les fruits, les légumes... Tout est beau! Le soin apporté à la présentation des aliments vendus sur les marchés. Impressionnant! J’ai mangé à Ankor, au restaurant l’Hôtel et Théâtre. J’en avais les larmes aux yeux tellement c’était bon. J’ai aussi goûté des poivres Kampot frais, d’un parfum inouï.

Ça sentait quoi chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petite?

«Je rêverais de découvrir le monde par la nourriture»
Photo Fotolia

 

La cuisine de ma grand-mère. Ça sentait toujours les épices, le citron confit, le cumin, le curcuma. Ça sentait aussi le café. Une odeur qui me hante encore tellement, c’était magique. Bonheur!

As-tu un rêve culinaire? Par exemple, un resto où tu souhaites aller, un projet culinaire, un vin rare à déguster... ?

Mon rêve ultime serait de prendre une année sabbatique, uniquement pour faire les restaurants du monde. Découvrir le monde par la nourriture...

Son carnet d’adresses

Restos préférés?

J’adore aller dans un petit restaurant indien, sur la rue St-Denis, à Montréal, La nouvelle Lune indienne. Le poulet au beurre et les pains naans sont délicieux. En plus, c’est un «Apportez votre vin». J’aime manger sur la terrasse des Enfants terribles aussi, Place Ville-Marie, toujours à Mont­réal. Ça me relaxe de manger presque la tête dans les nuages.

Resto préféré pour sortir en tête-à-tête?

«Je rêverais de découvrir le monde par la nourriture»
Photo courtoisie

 

Le Tire Bouchon à Boucherville. Un chouchou.

Resto préféré pour tes sorties en famille?

«Je rêverais de découvrir le monde par la nourriture»
Photo courtoisie

 

Khyber Pass sur la rue Duluth, à Montréal. Cuisine­­­ afghane, c’est bon, simple, sans chichi. Les enfants adorent!

Boutique gourmande préférée?

«Je rêverais de découvrir le monde par la nourriture»
Photo courtoisie

 

Adonis. C’est tellement pratique, on trouve de tout.

Style de restaurant chouchou?

Si vous trouvez un restaurant où vous pouvez manger avec les mains, c’est toujours une expérience. Alors, je vous le recommande.

Vin préféré?

Un hydromel de la maison Miel Nature à Beauharnois, une folie tellement c’est bon. Plus de vin rouge pour moi, sinon, je suis madame bulles. Parés Baltà Cava Brut, beau, bon et peu cher.

Produits culinaires chouchous?

Les fines herbes, car j’en mets partout.

Recette fétiche?

«Je rêverais de découvrir le monde par la nourriture»
Photo courtoisie

 

Tajine de poulet, olives, citrons confits, un peu d’épices et de cannelle, un régal... Bonheur assuré!

De quoi tu ne peux pas te passer en cuisine?

L’huile d’olive, évidemment, et le citron.

Gourmandise coupable?

Mascarpone, yogourt grec, je fais fondre une tablette de Toblerone que je mélange avec les autres ingrédients... Sinon, j’ai toujours avec moi une gourmandise, les perles de chocolat de la marque Brookeside. Débile!

Ce que tu ne peux pas manger ou que tu détestes?

La mélasse. C’est fort, je trouve, un peu trop puissant pour moi.

Ton style de cuisine préféré?

Toutes les cuisines méditerranéennes, mais aussi la cuisine asiatique, indienne, portugaise... Bref, la cuisine faite avec amour, c’est réconfortant.

Livre de recettes préféré?

Je ne suis aucune recette. Donc, le livre de cuisine pour moi, c’est plus comme un bibelot. (rires)

Fromage préféré?

Fromage feta de Macédoine, que l’on peut retrouver chez Adonis, de la marque Doric.