/sports/hockey/canadien
Navigation

«L’un des meilleurs joueurs avec qui j’ai joué» - Jonathan Marchessault

«L’un des meilleurs joueurs avec qui j’ai joué» - Jonathan Marchessault
Photo Agence QMI, Capture d'écran TVA Sports

Coup d'oeil sur cet article

Deux anciens coéquipiers de Jonathan Drouin avec le Lightning de Tampa Bay sont déjà convaincus que le Canadien sort gagnant de la transaction survenue jeudi.

La Fondation du CHU de Québec organisait vendredi un tournoi de hockey caritatif où des joueurs de la région étaient réunis, dont Jonathan Marchessault et Mark Barberio, qui ont côtoyé la nouvelle acquisition du Canadien à Tampa Bay.

Et les deux joueurs ne tarissent pas d’éloges à l’endroit du jeune homme de 22 ans.

«Jonathan Drouin a prouvé qu’il était l’un des meilleurs joueurs de la LNH et je suis persuadé qu’il va continuer de le démontrer à Montréal, a noté Marchessault. En ce moment, je pense que le Canadien sort gagnant.»

«C’est un joueur extrêmement compétitif et il a beaucoup de confiance en ses habiletés, a indiqué Barberio. Ça se voit sur la patinoire, il est capable de faire de la magie avec la rondelle.»

Marchessault va même jusqu’à qualifier Drouin de «l’un des meilleurs joueurs» avec qui il a joué.

Gagné sans équivoque

L’ancien attaquant Simon Gagné était lui aussi de la partie. À l’instar de Marchessault et Barberio, il est persuadé que Marc Bergevin a pris la bonne décision.

«J’aurais fait cette transaction les yeux fermés!» a-t-il lancé.

Gagné a déjà évolué sous les ordres de Claude Julien à Boston. Il est convaincu que son ancien instructeur saura bien encadrer le talentueux attaquant.

«Connaissant Claude, je sais qu’il n’étouffera pas un gars avec autant de talent», a-t-il expliqué.

Quant à la pression d’évoluer dans le marché de Montréal, Gagné estime que Drouin a acquis une expérience inestimable de son conflit avec l’état-major du Lightning.

«Il a appris de ces erreurs et je pense que ça a fait de lui une meilleure personne, quelqu’un de plus mature. Ça devrait l’aider à entrer dans le marché de Montréal.»

Comme quoi 24 heures après la transaction, l’enthousiasme règne toujours.