/finance
Navigation

Standard & Poor’s hausse la cote du Québec à son plus haut niveau depuis 1993

Coup d'oeil sur cet article

La firme de notation de crédit Standard & Poor’s a annoncé une hausse de la cote du Québec, vendredi, «une première depuis 1993», se sont réjouis Philippe Couillard et son ministre Carlos Leitao.

La cote de crédit à long terme et des créances non garanties de premier rang de la province est donc passée de «A+» à «AA-». Par ailleurs, S&P Global Ratings a confirmé la cote de crédit à court terme du Québec à «A-1+». La perspective de S&P pour la province passe, pour sa part, de positive à stable.

«Nous nous attendons à ce que la province de Québec prolonge son bilan de politiques fiscales prudentes, avec des contrôles des coûts stricts et des revenus fiscaux croissants de façon à maintenir un surplus budgétaire et de façon à ce que ses ratios d’endettement continuent de diminuer au cours des deux prochaines années», ont indiqué les analystes de Standard & Poor’s.

Vendredi, Standard & Poor’s a aussi haussé la cote des créances non garanties de premier rang d’Hydro-Québec et de Financement-Québec de «A+» à «AA-».

«Le portrait fiscal amélioré du Québec est principalement dû à une solide gestion financière, a expliqué S&P. Cela comprend les efforts du gouvernement pour maintenir un budget équilibré en vertu de la Loi sur l’équilibre budgétaire; pour offrir un allègement fiscal aux contribuables; et pour diminuer le ratio de la dette brute au PIB à 45 % d’ici l’année fiscale 2026 (de 52,7 % au 31 mars 2017).»

La réaction du gouvernement à l’annonce de Standard & Poor’s n’a pas tardé.

«Cette augmentation de la cote de crédit devrait se traduire par une augmentation du bassin d'investisseurs susceptibles d'acheter les obligations émises sur les marchés financiers par le Québec, ont indiqué en soirée les cabinets du premier ministre et du ministre des Finances dans un communiqué conjoint. Le Gouvernement du Québec pourra ainsi continuer de bénéficier de coûts d'emprunt avantageux. En contrôlant le coût de son service de dette, le Québec va pouvoir investir davantage dans ses priorités que sont la santé, l'éducation, les infrastructures et continuer à soutenir son économie.»

«Cette décision confirme que les gestes que nous avons posés depuis 2014 ont permis d'améliorer de manière significative la situation économique et financière du Québec», ont déclaré MM. Couillard et Leitao dans leur communiqué.

«Avec la hausse de la cote de crédit du Québec à «AA−», le Québec retrouve la cote de crédit qu'il avait avec S&P de 1982 à 1993», ont précisé les cabinets du premier ministre Couillard et du ministre Leitao, ajoutant qu’il s’agit de la première hausse de la cote de crédit du Québec depuis celles effectuées par Moody's et DBRS en 2006.

Il est à signaler par ailleurs qu’avec l’annonce de S&P, vendredi, le Québec a maintenant une meilleure cote que l’Ontario sur son crédit à long terme, de même que sur son crédit à court terme. La veille, soit jeudi, Standard & Poor’s a annoncé qu’elle maintenait à «A+» la cote à long terme de l’Ontario et qu’elle abaissait sa cote à court terme à «A-1».