/sports/others
Navigation

Andre De Grasse doit accélérer

Andre De Grasse doit accélérer
AFP

Coup d'oeil sur cet article

On en attend énormément, mais ses chronos laissent encore à désirer: l’espoir canadien du sprint Andre de Grasse, aligné sur 100 m dimanche lors de l’étape de la Ligue de diamant à Stockholm, n’a pas encore véritablement marqué les esprits en 2017.

Celui qui est considéré à 22 ans comme un possible successeur de la légende Usain Bolt n’a plus de temps à perdre d’ici aux Mondiaux de Londres (4-13 août). Le dauphin du Jamaïcain sur 200 m aux JO-2016 et 3e du 100 m, n’est toujours pas descendu sous les 10 secondes cette année alors qu’une jeune garde américaine (Christian Coleman, Cameron Burrell, Christopher Belcher, Ronnie Baker) et africaine (Sydney Siame, Akani Simbine) a déjà frappé fort.

Après avoir réussi sa meilleure performance à Oslo (10.01) jeudi, De Grasse n’a donc plus le choix: il doit passer la vitesse supérieure et surtout améliorer son départ, pour l’instant son point faible sur la ligne droite, pour rester dans le coup et espérer être l’un des grands acteurs des prochains Championnats du monde.

A Stockholm, il faudra aussi avoir un oeil sur le 110 m haies où l’Espagnol Orlando Ortega, 2e à Rio, sera défié par le Sud-Africain Antonio Alkana, auteur d’un probant 13 sec 11, le 5 juin.

Sur le demi-fond, le Marocain Soufiane El Bakkali, 2e meilleur temps de 2017 au 3000 m steeple (8:05.17), et le Kényan Asbel Kiprop, triple champion du monde et champion olympique 2008 du 1500 m, seront peut-être en manque d’adversaires à leur mesure.

Étincelles

Chez les dames, Mariya Lasitskene devrait connaître la même solitude. Autorisée à concourir sous drapeau neutre alors que la Russie est suspendue par la Fédération internationale après les révélations du rapport McLaren sur un dopage d’État organisé dans le pays, Lasitskene survole la hauteur avec un record personnel à 2,04 m qui date d’une petite semaine.

«Je préférerais avoir plus de concurrence, mais pour le moment, je dois surtout me battre contre moi-même», a-t-elle reconnu samedi.

La Burundaise Francine Niyonsaba, 2e à Rio sur le 800 m, pourrait elle aussi faire des étincelles, quatre jours après avoir de nouveau été dominée par la double championne olympique Caster Semenya.

Enfin, le podium des JO-2016 du lancer du disque sera une nouvelle fois réuni (Perkovic, Robert-Michon, Caballero), la championne olympique croate Perkovic, vainqueur à Oslo, étant un bon cran au-dessus de ses traditionnelles rivales.

«Je ne suis jamais satisfaite et mes attentes sont toujours élevées. Je sais que je peux lancer encore plus loin», que les 70,23 m réalisés en 2017 (66,94 m depuis le début de la saison estivale), a déclaré Perkovic samedi.