/news/currentevents
Navigation

Des ados aspergés au poivre de Cayenne dans un parc

Une querelle entre deux groupes dégénère lors d’un évènement sportif

FD-BAGARRE-POIVRE-CAYENNE
Photo Agence QMI, Mathieu Wagner Les ambulanciers sont intervenus au parc Théodore pour soigner des jeunes qui ont reçu du poivre de Cayenne au visage.

Coup d'oeil sur cet article

Un évènement sportif qui rassemblait près de 200 adolescents dans un parc du quartier Hochelaga s’est conclu de façon malheureuse hier lorsqu’un jeune a sorti une bonbonne de poivre de Cayenne pour asperger une douzaine d’entre eux.

«Les gens couraient partout, on ne savait pas trop ce qui se passait, il y en avait plein qui étaient étendus par terre et qui pleuraient», a raconté une témoin qui ne peut être nommée puisqu’elle est mineure.

L’incident s’est produit en marge des «Jeux de la rue», une série d’activités sportives pour jeunes organisées dans différents arrondissements de Montréal pendant l’été.

Une querelle entre des groupes de jeunes a dégénéré et un suspect a alors sorti une bonbonne de gaz conçu pour repousser les chiens, communément appelé poivre de Cayenne, a confirmé le Service de police de la Ville de Montréal.

Poivre de Cayenne

De nombreux adolescents auraient été touchés par le produit qui cause de fortes sensations de brûlure. Le vent aurait également contribué à le répandre affectant encore plus de jeunes.

Urgences-santé dit être intervenue auprès d’une douzaine de patients d’âge mineur ayant été aspergés par cette substance incommodante.

Cinq ambulances ont été dépêchées aux abords du parc Théodore situé à l’angle des rues Hochelaga et Viau.

Les ambulanciers ont rincé les visages des victimes avec de l’eau avant que ces dernières soient transportées à l’hôpital, et personne n’a été blessé gravement, a indiqué le chef aux opérations à Urgences-santé, Stephan Gascon.

Une enquête a été ouverte, mais aucune arrestation n’avait encore été effectuée en soirée, a indiqué le sergent Raphaël Bergeron.

Évènement isolé

L’incident d’hier est un évènement isolé, dit Louise Giguère, directrice de l’organisme RAP jeunesse qui organise Les Jeux de la rue.

<b>Louise giguère</b></br>
<i>Directrice</i>
Photo Vincent Larin
Louise giguère
Directrice

«Ça fait plus de 15 ans qu’on organise ces activités et on n’a jamais eu de problème, dit-elle.

Chaque saison, les meilleures équipes qui se sont qualifiées dans chacun des quartiers se retrouvent pour une grande finale qui doit se tenir au parc Jarry cette année et qui rassemble plus de 3000 jeunes joueurs.

«C’est vraiment triste de voir qu’on s’intéresse aux Jeux de la rue lorsqu’il y a un incident [comme celui-ci], déplore Louise Giguère. On rassemble 3000 jeunes chaque année et il n’y avait jamais eu rien de tel.»

Pas des participants

Les suspects ne seraient pas des participants de l’activité, selon elle, alors que ces derniers étaient facilement reconnaissables par les chandails bleus qu’ils portaient.

Une trentaine d’adultes et d’intervenants supervisaient l’activité, ce qui fait dire à Louise Giguère que même si davantage de sécurité était mise en place, ce genre d’incident est toujours susceptible de survenir.