/lifestyle/books
Navigation

Deux hommes de bien

<i>Deux hommes de bien</i></br>
Arturo Pérez-Reverte</br>
Aux Éditions du Seuil, 512 pages
Photo courtoisie Deux hommes de bien
Arturo Pérez-Reverte
Aux Éditions du Seuil, 512 pages

Coup d'oeil sur cet article

Après Le tableau du maître flamand ou la série Capitaine Alatriste, l’écrivain espagnol Arturo Pérez-Reverte nous offre une nouvelle excellente raison d’encenser son génie.

Édités à Paris entre 1751 et 1772, sous la direction de Diderot et d’Alembert, les 28 volumes de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers ont rapidement été mis à l’index par le Saint-Office, l’incroyable somme de connaissances qu’ils renferment ne ­pouvant tomber entre n’importe quelles mains. Ce qui, vers la fin du 18e siècle, n’empêchera pas plusieurs ­érudits de ­l’Académie royale ­d’Espagne de vouloir à tout prix acquérir l’ensemble de cette œuvre, même si elle est également interdite au pays de la corrida...

À la suite d’un vote qui entérinera la réalisation de ce projet controversé, deux hommes de bien seront donc désignés pour se rendre dans la Ville lumière et en rapporter tous les volumes. Partant de Madrid, où l’Académie siège depuis 1713, le vieux bibliothécaire Hermógenes Molina et don Pedro Zárate, un brigadier des armées de la Marine royale à la retraite, entameront ainsi un très long voyage qui ne tardera pas à se transformer en véritable odyssée. Non seulement parce qu’ils auront plus de 1000 kilomètres à parcourir (et autant de raisons de croiser malandrins ou escrocs de tous poils), mais parce qu’en cette période ­d’obscurantisme, les membres les moins éclairés de l’Académie ont eu la brillante idée de recruter, en douce, un redoutable homme de main chargé de leur mettre des bâtons dans les roues.

Avec ce roman d’aventures aussi trépidant qu’instructif, Arturo Pérez-Reverte a, une fois de plus, réussi à tirer parti des grandes pages de l’Histoire.

À lire aussi cette semaine

Nous

Evgueni Zamiatine, aux Éditions Actes Sud,  240 pages
Photo courtoisie
Evgueni Zamiatine, aux Éditions Actes Sud, 240 pages

Publié en 1920, ce grand classique de la science-­fiction a notamment inspiré Aldous Huxley et George Orwell. À notre tour maintenant d’en découvrir la nouvelle traduction (du russe) et de faire la connaissance de D-503, l’un des mathématiciens qui ont contribué à la fabrication du vaisseau spatial avec lequel l’État Unitaire compte bientôt soumettre au «joug bienfaisant de la raison» toute forme de civilisations extraterrestres.

The Whites

Richard Price, aux Éditions 10/18, 432 pages
Photo courtoisie
Richard Price, aux Éditions 10/18, 432 pages

Chez les flics new-yorkais, les «Whites» désignent tous les criminels qui, malgré les preuves, ont miraculeusement réussi à éviter la prison. Lorsque l’un d’eux se fera éliminer, le sergent Billy Graves sera donc plutôt heureux de savoir qu’il y a désormais un tueur d’enfants de moins sur la planète. Mais lorsqu’un second White sera assassiné, Billy commencera sérieusement à se demander ce qui se passe... Un bon polar particulièrement noir.

Belles histoires de course à pied

Damian Hall, aux Éditions Solar, 176 pages
Photo courtoisie
Damian Hall, aux Éditions Solar, 176 pages

Difficile de faire fausse piste avec ce petit florilège, qui risque fort d’amuser papa. D’une courte histoire à l’autre, il pourra en effet découvrir quel type de courses était très populaire en Grande-­Bretagne au 18e siècle, que la première femme à traverser les États-Unis en courant était grand-mère ou qu’un Texan a parcouru 12 875 km en ­marchant à reculons!

La cuisine pour sportifs

Tara Mardigan et Kate Weiler, aux Éditions du Trécarré, 176 pages
Photo courtoisie
Tara Mardigan et Kate Weiler, aux Éditions du Trécarré, 176 pages

Quoi manger lorsqu’on s’entraîne? Comme tout dépend de l’intensité, de la durée et du type d’exercice, ce qu’on mettra dans notre assiette peut considérablement varier. Les cyclistes, par exemple, auront besoin de beaucoup de glucides alors que les moins actifs devraient les remplacer par des légumes non féculents. Grâce aux 100 recettes de ce livre, on pourra donc apprendre à s’alimenter en fonction de nos dépenses énergétiques!

Frissons garantis

<i>Johnny Porter et le secret du mammouth congelé</i></br>
Lionel Davidson</br>
Aux Éditions Belfond, 688 pages
Photo courtoisie
Johnny Porter et le secret du mammouth congelé
Lionel Davidson
Aux Éditions Belfond, 688 pages

Avec un titre pareil, on était très curieux de découvrir ce roman vintage qui a fait les délices des lecteurs de langue anglaise en 1994, l’écrivain britannique Philip Pullman – à qui on doit la série À la croisée des mondes – n’ayant pas hésité à affirmer qu’il s’agissait là du meilleur thriller qu’il lui ait été donné de lire. Et à défaut d’abonder en ce sens, on reconnaît avoir eu beaucoup de plaisir à dévorer ce foisonnant bouquin, qui commence avec la découverte, au fin fond de la Sibérie, de ce qui a tout l’air d’être un mammouth figé dans la glace. Chapitre suivant? Un éminent professeur d’Oxford reçoit par la poste une enveloppe contenant deux petits bouts de papier à cigarette sur lesquels a été gravé un message codé, dont l’essence peut être résumée comme suit: le directeur d’un laboratoire ultrasecret de Sibérie réclame de toute urgence l’aide de Johnny Porter, un scientifique travaillant pour le compte de la CIA... qui n’a pas froid aux yeux! Mais aussi débrouillard et intrépide soit-il, Johnny aura un mal fou à mener sa mission à bien, les militaires du coin étant encore plus timbrés que Staline.

Un récit à mi-chemin entre le roman d’aventures et le roman d’espionnage qui a surtout le mérite d’être divertissant.