/sports/hockey/canadien
Navigation

Beaulieu à Buffalo

Le CH obtient des Sabres un choix de 3e tour (68e) au prochain repêchage

Nathan Beaulieu n’aura jamais atteint son plein potentiel dans l’uniforme du Canadien.
Photo Martin Chevalier Nathan Beaulieu n’aura jamais atteint son plein potentiel dans l’uniforme du Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

Au bilan de l’équipe après l’élimination au premier tour contre les Rangers de New York, Marc Bergevin avait dit que Nathan Beaulieu se retrouvait à la croisée des chemins. Beaulieu était visiblement à la fin du chemin.

À quelques heures seulement de remettre sa liste de joueurs protégés en vue du repêchage d’expansion des Golden Knights de Vegas, Bergevin a échangé Beaulieu aux Sabres de Buffalo contre un choix de troisième tour (68e au total) au prochain repêchage.

Avec le départ de Beaulieu, le Canadien protégera visiblement Shea Weber, Jeff Petry et Jordie Benn pour le repêchage d’expansion. À un salaire de 4,1 millions, Alexeï Emelin risque fort d’être disponible pour George McPhee. Mais les Golden Knights devraient passer leur tour avec le Russe de 31 ans.

Les Sabres n’ont pas eu à donner la lune pour obtenir Beaulieu. Mais il ne s’agit pas d’une grande surprise puisque sa valeur était à la baisse depuis la fin de la dernière saison. L’Ontarien de 24 ans n’était pas en uniforme lors du sixième et dernier match contre les Rangers au Madison Square Garden.

En 74 matchs l’an dernier, Beaulieu a obtenu 28 points (4 buts, 24 passes) et il a présenté un différentiel de +8. De partenaire de Shea Weber pour les cinq premiers matchs de la saison, il a terminé l’année sur la passerelle du MSG pour la sixième rencontre face aux Rangers.

Un commentaire lourd de sens

Le 24 avril dernier, Bergevin avait porté un jugement réaliste, mais sévère à l’endroit de Beaulieu.

«Nathan a beaucoup de potentiel, avait rappelé le DG. Mais un joueur doit ­prendre ses responsabilités. Je ne peux pas pointer du doigt les Claude Julien, Jean-Jacques Daigneault, Martin ­Lapointe ou Rob Ramage pour son développement. Il doit se poser des questions pour savoir où il est rendu. Est-ce une question de mental? Pourquoi il peut jouer six bons matchs et ensuite avoir de la difficulté pour 12 matchs?

«À un moment, il doit prendre ses responsabilités, avait-il continué. Nathan est à la croisée des chemins. Est-ce qu’on a lancé la serviette? Non, pas du tout. Mais l’horloge sonne.»

L’horloge aura finalement sonné un 17 juin. Et Beaulieu cherchera à replacer sa carrière sur le bon chemin avec Phil Housley et les Sabres.

Deux gros choix et rien

Il n’y a pas si longtemps, Beaulieu représentait l’avenir du Canadien à la ligne bleue. On disait la même chose de Jarred Tinordi. Trevor Timmins avait misé sur Tinordi avec son choix de premier tour en 2010 (22e) et il avait sélectionné Beaulieu au premier tour (17e) l’année suivante.

Six ans plus tard, on peut parler d’un immense constat d’échec pour les deux défenseurs. Le 15 janvier 2016, le CH avait lancé la serviette avec Tinordi en l’échangeant aux Coyotes de l’Arizona pour le matamore John Scott et un défenseur du nom de Victor Bartley. Scott aura porté le chandail du Tricolore pour une seule rencontre, alors que Bartley a participé à neuf matchs lors de la triste saison 2015-2016.

Pour Beaulieu, le Tricolore aura obtenu un simple choix de troisième tour.

Au prochain repêchage, le Canadien parlera à cinq reprises lors des trois premiers tours. Pour l’instant, le CH a les 25e, 56e, 58e (Washington), 68e (Buffalo) et 87e choix.