/opinion/columnists
Navigation

Limousine et petits fours

Michaëlle Jean
Photo d'archives Michaëlle Jean

Coup d'oeil sur cet article

Je l’avoue, au risque de vous choquer: Michaëlle Jean m’épate.

Je regarde son cheminement professionnel et je suis soufflé.

Imaginez, cette ancienne journaliste ne s’est pas contentée de décrocher un super emploi quatre étoiles au sein d’une grosse institution bidon, non.

Elle en a décroché deux! Coup sur coup!

Gouverneure générale ET Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie!

C’est comme gagner le gros lot de la 6/49 deux fois de suite!

LA MÉDAILLE D’OR DE L’INUTILITÉ

Comme représentante de la Reine, Son Altesse voyageait aux quatre coins du monde en première classe pour sourire aux caméras, manger des petits fours et prononcer des discours creux.

Et comme grand manitou de la francophonie, son Éminence voyage aux quatre coins du monde en première classe pour sourire aux caméras, manger des petits fours et prononcer des discours creux.

C’est pas la belle vie, ça?

Des deux institutions, je ne sais pas laquelle est la plus bidon: la monarchie britannique ou la francophonie mondiale?

Dur à dire.

Sur l’échelle de l’Inutilité, les deux sont pas mal kif-kif.

Disons que, personnellement, j’ai un faible pour la francophonie. Rayon bidon, c’est dur à battre.

Un paquet de diplomates de troisième rang (dont un grand nombre représentant des dictatures africaines) qui n’ont strictement rien en commun, sauf le fait de parler la même langue.

Avouez, c’est génial!

C’est comme la Fédération mondiale des gauchers ou l’Association internationale des roux qui ont les pieds plats.

MOURIR EN FRANÇAIS

De Gaulle disait que l’ONU était un «machin».

Quel nom utiliserait-il, grands dieux, pour désigner l’organisme dirigé par Michaëlle Jean?

La patente? Le truc? La chose?

Moi, si je voulais me planquer, c’est là que je me planquerais: à la tête d’un organisme destiné à améliorer les relations entre les francophones du monde entier.

Un petit morceau de foie gras, monsieur l’ambassadeur du Gabon?

Une tranche de saumon fumé, madame la porte-parole de la Mauritanie?

Encore du champagne dans votre flûte de champagne, monsieur l’observateur de la Lettonie?

Et n’oubliez pas, après le vin de glace, on se retrouve tous autour du piano à queue pour chanter Ma vie c’est d’la marde, de Lisa LeBlanc, fière francophone du Nouveau-Brunswick.

Et comment ça se passe, au Tchad? Les opposants au régime crient-ils en français quand ils se font torturer?

Et au Congo? La langue de Molière fait des progrès dans les geôles du président?

Et au Togo? Les enfants peuvent travailler en français? On les exploite dans la bonne langue?

Ah, super, parfait!

Vous devez absolument goûter ce fromage, il est di-vin!

ROULER EN CARROSSE

À force de côtoyer des gens aussi recommandables, on prend de bonnes habitudes.

Comme utiliser une limousine pour parcourir une distance de 500 pieds.

Mais n’ayez crainte, le chauffeur parlait français. Nous avons des principes, après tout.

À la fin juillet, la Côte d’Ivoire accueillera les Jeux de la francophonie.

Imaginez... Des athlètes qui parlent tous français!

Ils vont courir en français! Ils vont sauter en français! Ils vont nager en français!

N’est-ce pas merveilleux?