/news/society
Navigation

Montréal donnerait trop de tickets à ses itinérants

Un organisme demande à la Ville d’abroger des règlements discriminatoires

RAPSIM
Photo Benoît Philie L’organisatrice communautaire au Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal, Élise Solomon, présentera un mémoire sur le profilage social des sans-abri lors d’une consultation publique sur le sujet prévue à Montréal mercredi.

Coup d'oeil sur cet article

Montréal doit arrêter d’endetter ses itinérants en leur donnant des tickets à la chaîne qu’ils ne pourront jamais payer et qui les empêchent de sortir de la rue, demande un organisme dans un mémoire qui sera déposé cette semaine.

«On surcharge le système judiciaire, ça coûte cher à la société et c’est un fardeau qui freine la réinsertion et l’amélioration des conditions de vie des itinérants», lance d’emblée Élise Solomon, du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM).

Selon une étude de l’Université de Montréal publiée en 2012, le nombre de contraventions données à des sans-abri dans la métropole québécoise a dramatiquement bondi de 1994 à 2010, principalement dans le métro.

Et la situation ne s’est pas améliorée, estime le RAPSIM, qui présentera un mémoire sur la question mercredi lors d’une consultation publique sur le profilage racial et social à Montréal.

Les proches d’un itinérant d’une cinquantaine d’années qui a accumulé près de 40 000 $ en amendes impayées depuis 20 ans à Montréal sont aussi d’avis que les autorités n’aident pas du tout le sans-abri à sortir de la rue en le bombardant de tickets.

«On donne des contraventions de 77 $, 100 $, en rafale, à des personnes pauvres. C’est ridicule! C’est une montagne insurmontable pour eux et ça ne donne rien», déplore Isabelle Dicaire, criminologue et intervenante sociale.

Son ami, dont elle préfère taire le nom parce qu’il est trop vulnérable, a passé une vingtaine d’années sans domicile fixe. Il est récemment parvenu à s’en sortir pendant 18 mois, mais ses problèmes de consommation l’ont graduellement ramené à la rue cette année, dit-elle.

Discriminatoire

Celui-ci a d’ailleurs reçu une vingtaine de contraventions au cours des quatre derniers mois seulement, pour des infractions comme «avoir crié», «s’être assis par terre», ou «avoir été trouvé gisant, flânant ivre ou drogué sur la voie publique», raconte Mme Dicaire.

Le RAPSIM souhaite que Montréal supprime les règlements discriminatoires à l’endroit des itinérants, comme l’interdiction de dormir sur un banc public ou d’être pieds nus dans le métro.

«On sanctionne par le pénal des comportements qui peuvent être dérangeants pour monsieur madame Tout-le-monde, mais qui ne sont pas des crimes et qui sont directement reliés au fait que ces personnes-là n’ont pas d’autres recours que de vivre dans l’espace public», déplore l’organisatrice communautaire, Élise Solomon.

Effort des autorités

Le RAPSIM demande aussi à ce que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) adopte un nouveau plan de lutte au profilage racial et social qui inclurait une stratégie pour réduire le recours aux constats d’infractions envers les sans-abri.

L’Équipe d’intervention mobile du SPVM et le plan d’action en itinérance 2014-2017 de la Ville sont toutefois salués par l’organisme.

La Société de transport de Montréal (STM) indique de son côté que ses agents ne font pas de ségrégation sociale et appliquent les mêmes règles pour tous. «C’est une question de sécurité. La présence des itinérants est tolérée dans la mesure où ils respectent les règles», explique la porte-parole Isabelle-Alice Tremblay.

Le SPVM n’a pas été en mesure de répondre aux questions du Journal vendredi.

Beaucoup de contraventions

  • 57 % : Part des constats d’infraction donnés aux itinérants en vertu du règlement de la STM en 2010.
  • 1,5 M$ : Montant total des amendes données à des itinérants à Montréal en 2010, comparativement à 180 000 $ en 1994.

Source: La judiciarisation des personnes en situation d’itinérance à Montréal, Université de Montréal, 2012