/news/health
Navigation

On joue à la «civière musicale» sur les étages durant tout l’été

Des patients de Maisonneuve-Rosemont en attente de congé finiront leur séjour dans le corridor

Bloc hopital civière santé clinique
Photo Héloïse Archambault Des patients qui attendent d’avoir leur congé pour rentrer à la maison seront désormais installés sur des civières, afin de libérer rapidement les lits.

Coup d'oeil sur cet article

Des patients hospitalisés à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont en attente de leur congé pour rentrer à la maison seront désormais installés sur une civière dans un corridor, afin de libérer les lits plus rapidement.

Depuis mardi dernier, la direction de l’hôpital a mis sur pied un projet-pilote appelé «surcapacité inversée», a appris Le Journal.

« Civière musicale »

«On joue à la civière musicale sur les étages, comme on fait à l’urgence», déplore une infirmière, qui a requis l’anonymat par peur de représailles de son employeur.

Voilà maintenant trois ans que l’hôpital a recours à la «surcapacité». Lorsque l’urgence déborde, des patients en attente d’un lit pour être hospitalisés sont envoyés dans les corridors des étages, sur leur civière.

Évidemment, les conditions de séjour sont loin d’être optimales pour ces malades.

Or, cet été, la direction inversera le système. Désormais, les patients qui occupent un lit, mais qui devraient obtenir congé dans les 24 heures à venir, seront transférés le matin sur une civière, dans le corridor.

«Probablement que c’est moins dommageable pour le patient en fin de soin, qui va retourner chez lui. C’est moins risqué de le mettre sur civière que celui de l’urgence», explique Dre Martine Leblanc, la directrice des services professionnels de l’hôpital.

<b>Dre Martine Leblanc</b><br />
Hôpital Maisonneuve-Rosemont
Photo courtoisie HMR
Dre Martine Leblanc
Hôpital Maisonneuve-Rosemont

À noter que des facteurs seront considérés pour la sélection des patients qui seront envoyés dans le corridor, notamment le risque d’infection. Aussi, la libération des lits le matin permettra de nettoyer les chambres plus rapidement, et d’accélérer les admissions.

Médecins réticents

Dans une lettre envoyée récemment aux médecins, Dre Leblanc écrit sans détour: «Nous sommes pleinement conscients qu'il y aura des désagréments pour les patients.

«Mais, quand on leur explique que c’est pour donner la chance à un autre patient plus malade d’obtenir une chambre [...] les patients sont sensibles à la cause des autres», souligne-t-elle.

D’ailleurs, la grogne s’est aussi fait sentir du côté des employés.

«On comprend que des médecins sont réticents, dit Dre Leblanc. Tout le monde n’est pas convaincu, je peux les comprendre.»

Le projet-pilote est en vigueur pour la période estivale, mais la direction n’écarte pas la possibilité de revenir à l’ancien système si nécessaire.

Pas de place ailleurs

«C’est un peu chiant pour les patients qui doivent sortir, mais on n’a pas d’autre solution, croit l’infirmière de l’urgence. En fait, on cherche des solutions qui n’existent pas.»

Selon elle, les patients envoyés sur les étages ne sont pas toujours bien évalués. «À l’urgence, ça va vite. On n’a pas le temps d’évaluer les patients de A à Z, dit-elle. Et par manque de civières, on force la note. On monte des patients qui ne sont pas des cas de corridors.»

Par ailleurs, un des problèmes de cet hôpital est le manque d’espace pour créer une unité de débordement, explique Dre Leblanc. Ainsi, les patients se retrouvent dans les corridors, entre les chariots de médicaments et les plateaux de repas.