/opinion/columnists
Navigation

Une télé de contenu?

Coup d'oeil sur cet article

À quoi devrait ressembler la télévision québécoise?

Ceux qui posent cette question sont normalement obsédés par la «diversité» à l’écran. Ils font de manière maniaque le tri des visages et en arrivent toujours à la même conclusion: les minorités issues de l’immigration n’y seraient pas assez présentes.

Mais cette question, qui en obsède plusieurs, en occulte une autre: celle de la diversité des contenus de l’offre télévisuelle.

Diversité

J’ai déjà eu l’occasion de m’en désoler dans ces pages, mais on me permettra d’y revenir: pourquoi n’y a-t-il aucune émission consacrée à la vie des livres et des idées à la télévision québécoise?

Je parle d’une émission à la française, intelligente, piquante et profonde, nous rappelant que la télévision peut faire autre chose que du divertissement abrutissant.

Oui, une telle émission aurait un public relativement limité. Non, il ne serait pas insignifiant.

Pourquoi n’y a-t-il aucune émission de débat? Je parle d’une émission qui permet la confrontation des points de vue sans pour autant verser dans le seul affrontement stérile des ego.

On se souvient pourtant avec nostalgie d’Il va y avoir du sport, où non seulement les débatteurs assumaient leurs idées sans complexe, mais où ils avaient du temps pour les mettre de l’avant.

Notre société aurait besoin de renouer avec la culture du débat.

Je devine la réponse frileuse des producteurs et des chaînes de télé. Oh la la! Mais nous ne sommes pas en France, ici! Les gens n’ont pas envie d’aller à l’école en ouvrant leur téléviseur.

Débat

C’est porter un jugement bien sévère sur nos gens.

Certes, il y a un fond d’anti-intellectualisme au Québec. Mais il y a aussi une immense curiosité inassouvie.

Il y a aussi une lassitude devant le rire obligatoire et les confessions ennuyantes de vedettes mondaines. Lorsqu’on parle de l’avenir de la télé, on devrait y penser.