/sports/opinion/columnists
Navigation

Direction l’hôpital

Coup d'oeil sur cet article

Michel Hamelin connaît une semaine mouvementée. Mercredi, ce fut la pesée du groupe GYM; jeudi, la soirée au casino; vendredi, la pesée de Eye of The Tiger Management; et en soirée, Hamelin s’est rendu à Saint-Roch-de-l’Achigan pour un gala d’arts martiaux mixtes. Seize combats! Ça veut dire qu’il avait fallu peser 32 athlètes le jour précédent. Et une fois la soirée commencée, Hamelin et ses inspecteurs n’ont pas eu le temps de relaxer. Après quatre affrontements, six combattants avaient pris le chemin de l’hôpital Le Gardeur. Les ambulances n’avaient pas le temps de refroidir le moteur qu’un voyage était prêt. Ça s’est poursuivi avec les poids lourds...

Hier soir, M. Hamelin avait un message spécial pour Nurzat Sabirov. Y aurait-il moyen de knocker son gars sans essayer de le tuer? Il faisait référence à son combat à Thedford Mines au début du mois quand Sabirov a assommé son adversaire en une petite minute. Hier, le Kazakh a pris son temps. Un round et demi. Cela a permis à Anna Reva, sa gérante revenue de Moscou la veille, d’assister à sa victoire. C’est pas Moscou-Montréal qui est long dans la vie. C’est Rigaud-centre-ville qui prend une éternité.

Le hic, c’est que l’adversaire de Sabirov a lui aussi pris le chemin de l’hôpital. Fracture de la mâchoire. Le promoteur Camille Estephan a pourtant expliqué que son entraîneur avait interdit de knocker son adversaire au premier round. Il fallait que ce soit avec un certain coup bien précis qu’on voulait travailler.

Les messages se perdent des fois...

Adam Braidwood...danger de mort

On parle encore d’hôpital. Les fans connaissent Adam Braidwood. C’est le gros gaillard de l’Ouest qui a mis fin à la carrière de Éric Martel-Bahoeli à Québec il y a quelques mois. Il a mis K.-O. son adversaire Tim Hague à Edmonton, vendredi soir. Un arbitrage épouvantable. Au Québec, l’arbitre aurait été expulsé du ring à coups de pied dans les fesses.

Hague a servi de punching bag et après être resté assis dans son coin après avoir été assommé, il a été conduit à l’hôpital. Il est dans le coma depuis ce temps et sa famille demande qu’on prie pour lui.

Faudrait aussi prier pour le salut de l’arbitre.

Soit dit en passant, à Edmonton, c’est une commission athlétique municipale comme dans le bon vieux temps à Montréal. Avec tout ce que ça implique.

Pendant que Hague tombait dans les pommes, Braidwood lançait un autre défi à Simon Kean. Ça va finir par arriver. Mais pas à Edmonton.

La sécurité à l’Olympia...Alcatraz !

La sécurité aux événements de sports, c’est comme la tarte aux pommes. Y a personne qui est contre la tarte aux pommes... mais faut pas en manger une tous les jours.

Ben, la sécurité, ça devrait être exercé à doses modérées. C’était plus difficile d’entrer dans l’Olympia hier soir que de sortir d’Alcatraz. J’ai demandé à la zélée qui fouillait dans mon sac: «Mademoiselle, pourrais-je savoir ce que vous cherchez? Je pourrais vous aider». Elle a répondu qu’elle cherchait des armes. J’ai une face à me promener avec un Ak 47.

«Mais je cherche aussi de la drogue», a-t-elle dit en touchant à ma bouteille de Pradaxa, un anticoagulant pour ceux qui ont déjà souffert d’arythmie cardiaque. Mettons que j’ai demandé assez fermement d’enlever ses mains de là-dessus. Le Pradaxa, c’est comme le pot, c’est légal.

  • À part les guns et la dope, tu cherches quoi maintenant?
  • Je sais pas...
  • Ben, pourquoi tu cherches d’abord?