/weekend
Navigation

Le Québec de Guillaume Lemay-Thivierge

conférence de presse de la Fête nationale
Photo Ben Pelosse Guillaume Lemay-Thivierge

Coup d'oeil sur cet article

D’aussi loin qu’il se souvienne, Guillaume Lemay-Thivierge a toujours accordé une importance particulière à la Saint-Jean-Baptiste. Pas étonnant, donc, que l’acteur se fasse une fierté d’animer le Grand spectacle de la Fête nationale à Montréal, événement qui se déroulera sur la place des Festivals, le 23 juin.

«Les rassemblements heureux, je les trouve beaux», a affirmé celui qui a eu l’occasion de piloter les célébrations ­entourant la fête nationale sur les plaines d’Abraham, de 2008 à 2010.

«Pour moi, le Québec, c’est deux grandes villes, a-t-il ajouté. J’ai eu ­l’occasion de le vivre à Québec, mais là, de le vivre à Montréal, pour le 375e anniversaire de la ville... Je suis ému. C’est un cadeau.»

Certains l’ont peut-être oublié, mais l’artiste aux multiples talents a déjà été musicien, dans une autre vie. Il a d’ailleurs célébré de nombreuses Saint-Jean-Baptiste sur scène, en compagnie de son frère Vincent.

«Nous avons souvent fait des shows de la Saint-Jean, un peu partout au ­Québec. On jouait du Plume, du Offenbach, Les Colocs», a évoqué l’animateur, qui présentera notamment un numéro qui promet de «faire lever la foule» aux côtés de sa douce Émily Bégin, lors du spectacle du 23 juin.

«À l’âge de 3 ans, j’ai fait mon premier spectacle à vie lorsque je suis monté sur le char allégorique qui servait de scène, dans le petit village de Prévost. J’avais joué une toune de violon, avec mon frère, pour la fête nationale, a-t-il ­poursuivi. Quand j’étais adolescent, j’étais bénévole au centre culturel de Prévost pour monter la scène et les éclairages pour les spectacles de la fête nationale. Ça coule dans mes veines depuis tout le temps!»

Savoir apprécier

Guillaume Lemay-Thivierge ne vit pas dans un monde où tout est rose, il en est conscient, mais il considère tout de même que les Québécois devraient prendre le temps d’apprécier ce qu’ils ont. La fête nationale, selon lui, est le moment idéal pour le faire.

«Nous sommes tellement talentueux, sur le plan artistique, au Québec. Nous sommes aussi talentueux au niveau de la business. Nous avons des lois qui ont bien du bon sens, a-t-il affirmé. Nous sommes capables de nous améliorer sur plein d’affaires, c’est certain, mais nous vivons dans une province de paix, ou du moins, une province qui veut la maintenir à tout prix. Quelles que soient les menaces ou la forme de violence, nous n’en voulons pas.»

«En plus, nous sommes solidaires, a‐t‐il ajouté. Il y a des téléthons, chez nous. Nous avons un bon système de santé, quand nous réussissons à y entrer (...) Les gens qui ne voient pas la richesse globale d’un endroit comme le Québec, je trouve ça dommage, car je me dis qu’ils ne voient pas où ils vivent. Ils ne se rendent pas compte de la richesse, mais aussi du potentiel qui, selon moi, est aussi­­­ grand que la richesse existante.»

Coups de cœur

Lorsqu’on lui demande quels sont ses endroits fétiches, dans la province, l’animateur nous parle évidemment des Laurentides, la région qui l’a vu grandir.

«Dernièrement, j’ai monté la ­montagne de Tremblant, qui se veut très ­touristique. Par contre, quand tu y vas comme touriste de ton propre Québec, tu te rends compte de la beauté absolue des Laurentides et de sa chaîne de ­montagnes», a-t-il dit.

«Sinon, j’ai découvert, pas plus tard que l’année passée, la Gaspésie (...) C’est digne des plus beaux paysages du monde, avec les montagnes exceptionnelles, la mer juste à côté. Le cœur des gens qui sont là-bas... C’est du bon monde! Ça m’a fait capoter.»

Et quand il ne s’évade pas dans la nature, loin de la ville, ce père de quatre enfants (âgés de 16 ans, 10 ans, 7 ans et 4 mois) s’inspire des goûts de sa progéniture pour réfléchir à de nouveaux ­projets pour Montréal. Parmi eux, quelques pistes de ski, sur le mont Royal, ainsi qu’un circuit international de BMX, un sport qu’il estime être de plus en plus populaire chez les jeunes.

«Voyons ce qui est beau, soyons-en fiers, mais après ça, continuons de nous améliorer et d’ouvrir nos esprits sur le monde, a-t-il affirmé. Il y a encore plein de belles choses qui peuvent être faites!»


♦ Le Grand spectacle de la Fête ­nationale à Montréal aura lieu le 23 juin, sur la place des Festivals, à compter de 21 h.


♦ Patrice Michaud, Robert Charlebois, Charlotte Cardin et Claude Dubois comptent parmi les artistes qui seront de la partie.