/finance/news
Navigation

4 comportements qui nuisent aux investisseurs

4 comportements qui nuisent aux investisseurs
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Comprendre davantage les erreurs des autres peut vous enrichir.

Depuis des décennies, on analyse les comportements des investisseurs en détail. Les recherches en finance comportementale démontrent que l’investisseur moyen tend à répéter des gestes et attitudes qui ne peuvent que lui nuire. Voici quatre comportements néfastes qu’il faut éviter :

Le Biais de croyance

1. Ce que les gens croient n’est pas toujours approprié pour eux ni même vrai. Par exemple, si vous croyez que les REER ne sont pas bons pour vous, vous allez suivre un interlocuteur qui est d’accord avec vous. Vous rejetterez les avis contraires en vous privant peut-être de conseils judicieux et payants. Je rencontre fréquemment des investisseurs qui négligent le CELI, car ils croient que ce n’est pas payant. C’est faux. Le CELI en soi n’est pas un produit. Vous pouvez y déposer des actions, des fonds, des obligations, etc. Le rendement dépendra de vos choix.

La confiance excessive

2. Nous vivons une époque où il est plus facile que jamais de tout faire soi-même. On a accès à des vidéos de pseudo-gourous qui nous vendent des cours pour «facilement» devenir un expert en investissements. Attention, ce n’est pas pour rien que des ordres ou des organismes professionnels existent. C’est pour encadrer des métiers et des professions plutôt complexes. La finance, l’économie, la comptabilité, la planification, la gestion des risques, les aspects juridiques, etc. recèlent de nombreux pièges et plusieurs variables qui prennent parfois des années à maîtriser. Quelques lectures et bons coups à la bourse ne doivent pas vous monter à la tête et gonfler votre ego.

Suivre le troupeau

3. Imiter les agissements des autres sans toujours réfléchir fait partie de notre ADN. L’instinct grégaire est très néfaste pour l’investisseur. Il incitera des gens à investir dans des domaines qui ont réussi à certains, mais non en fonction de notre situation personnelle, d’opportunités réelles et de données vérifiées. Par exemple, on voudra faire des flips immobiliers parce qu’un cousin fait de l’argent avec ça. On voudra acheter des actions d’Amazon parce que plusieurs en parlent sur les réseaux sociaux.

L’inertie du statu quo

4. On fait référence ici à la résistance au changement. Certains ont toutes les preuves que leurs rendements sont minables, que les conseils qu’ils obtiennent sont peu valables ou qu’on leur facture des frais exorbitants, mais ils demeurent fidèles à la même institution. Il est en effet plus facile de rester inerte que d’apprendre de nouvelles idées, de rencontrer de nouveaux conseillers et d’ouvrir de nouveaux comptes.

Fabien Major est conseiller en épargne collective pour Major Gestion Privée Inc. de Gestion financière Assante ltée. 

Conseils

  • Suivre le troupeau n’est pas une stratégie.
  • Si une institution ou un conseiller vous néglige, faites l’effort d’aller voir ailleurs.
  • L’excès de confiance joue de vilains tours. Quelques vidéos et séminaires ne peuvent pas faire de vous un expert.
  • Vos choix financiers sont teintés par vos croyances personnelles. Méfiez-vous de vos idées préconçues.