/sports/hockey/homepage
Navigation

Confiant de rester avec les Blues

David Perron est persuadé que son directeur général fera tout pour le garder à St. Louis

David Perron n’a pas été protégé par les Blues.
Photo AFP David Perron n’a pas été protégé par les Blues.

Coup d'oeil sur cet article

George McPhee, des Golden Knights de Vegas, a avisé ses homologues qu’ils avaient jusqu’à lundi soir pour tenter d’influencer ses décisions en lui offrant des choix de repêchage ou des espoirs prometteurs. Laissé sans protection par les Blues, David Perron a bien l’impression que son directeur général fera tout en son pouvoir pour le garder à St. Louis.

«En dehors du hockey, McPhee et Armstrong (Doug, le directeur général des Blues) sont de bons amis. Je sais qu’il y a eu des conversations entre les deux pour convaincre Vegas de sélectionner un autre joueur», a raconté Perron lundi, en entrevue au Journal de Montréal.

Il y a maintenant une semaine qu’Armstrong a avisé l’attaquant québécois qu’il ne ferait pas partie de sa liste de protection. Au moment de lui annoncer la nouvelle, il a voulu se montrer rassurant.

«Il avait l’air assez confiant. Il s’attend tout de même à me garder. Il pense que le plan de Vegas est de miser sur des jeunes au sein des deux premiers trios et de les entourer de joueurs d’expérience, a déclaré au bout du fil l’attaquant de 29 ans.

Perron croit également que les Golden Knights pourraient se laisser tenter par Robert Bortuzzo, un défenseur de 28 ans qui, pourtant, est laissé de côté un match sur deux.

«J’ai entendu dire que Vegas a beaucoup d’intérêt pour lui», a-t-il souligné.

Joueurs interchangeables

Perron espère que les informations qu’il détient sont justes. Poursuivre sa carrière à St. Louis, c’est le souhait qu’il chérit le plus présentement. Même si son directeur général n’a pu lui assurer son avenir.

«Je lui ai dit qu’il pouvait compter sur moi. Que je travaillerais fort, que je ne reviendrais pas à St. Louis déçu ou de mauvaise humeur», a-t-il assuré.

Malgré l’incertitude dans laquelle le place cette situation, Perron dit comprendre le casse-tête sur lequel a dû se pencher son directeur général.

«On a beaucoup de joueurs similaires au niveau de l’âge, des points et du temps de jeu. Un gars comme Robby Fabbri (que les Blues n’avaient pas à protéger) est également dans le même genre. Par contre, on n’a pas de remplaçant pour un joueur d’énergie comme Ryan Reaves», a expliqué Perron.

«Même chose pour (Vladimir) Sobotka. Les Blues ont fini par le ramener après s’être essayés pendant deux ans. Ils n’allaient certainement pas risquer de le perdre pour rien», a-t-il ajouté.

Surprise sur prise

Perron soutient que beaucoup de choses lui trottent dans la tête en ce moment. Par conséquent, comme la grande majorité des joueurs laissés sans protection par leurs équipes respectives, il sera un téléspectateur attentif au gala de remise des trophées qui se tiendra mercredi soir.

Voulant faire de l’entrée des Golden Knights de Vegas un grand spectacle, la LNH a choisi cet événement annuel pour procéder à l’annonce des 30 sélections de McPhee.

«On m’a dit qu’on le saurait à la télé (s’ils sont choisis ou pas). Mais si les Golden Knights sont certains de prendre un joueur, j’espère qu’ils l’avertiront un peu d’avance. Ça aurait un peu plus de sens.»

En fait, McPhee a indiqué s’attendre à voir trois ou quatre joueurs se présenter sur la scène du T-Mobile Arena lors de l’annonce du premier contingent de joueurs de l’histoire de la capitale du jeu. Pour les autres, ce sera une surprise!