/sports/tennis
Navigation

Félix Auger-Aliassime en orbite

«Ce premier triomphe sur le circuit de l’ATP est arrivé plus vite que prévu»

Félix Auger-Aliassime
PHOTO AGENCE QMI, JOEL LEMAY Félix Auger-Aliassime

Coup d'oeil sur cet article

Il faudra vous habituer à lire ce nom dans les manchettes sportives car Félix Auger-Aliassime n’a pas fini de faire parler de lui.

Le jeune prodige du tennis canadien a décroché dimanche les grands honneurs de l’Omnium Sopra Steria à Lyon, en France, pour ainsi devenir, à l’âge de 16 ans et dix mois, le septième plus jeune joueur de l’histoire à remporter un titre sur le circuit Challenger.

Ce triomphe a permis à Auger-Aliassime de faire un bond de 105 places au classement de l’ATP, lui qui se retrouve aujourd’hui au 231e échelon.

Avant de prendre part mardi à un autre tournoi Challenger en France, soit celui de Bois, Auger-Aliassime a eu l’occasion de livrer ses commentaires aux médias dans le cadre d’une téléconférence organisée par Tennis Canada.

On lui a demandé comment il se sentait de savoir que dans la liste des huit plus jeunes joueurs de l’histoire à avoir gagné un tournoi Challenger, son nom se situe entre ceux de Rafael Nadal et de Novak Djokovic!

«C’est vraiment spécial car ce sont deux très grands joueurs, a-t-il répondu. Je viens de franchir une étape, mais je sais qu’il reste encore beaucoup de travail à accomplir.

«De gagner un premier tournoi sur le circuit professionnel de l’ATP est un objectif que je voulais réaliser dans les deux prochaines années et ce premier succès est donc arrivé plus tôt que prévu. C’est très motivant et encourageant parce que cela démontre que je suis sur la bonne voie.»

Michael Chang occupe le premier rang dans cette liste, ayant remporté un tournoi Challenger à l’âge de 15 ans et sept mois. Nadal l’a fait à 16 ans et neuf mois et Djokovic, à 17 ans.

Le bon choix

Auger-Aliassime se félicite d’avoir pris la décision de faire le saut chez les professionnels en 2017 après avoir connu beaucoup de succès dans les rangs juniors.

«Plus je livre des matchs sur le circuit de l’ATP face à des joueurs mieux classés et plus aguerris que moi et plus je réalise que j’ai fait le bon choix, a-t-il souligné. Ce premier titre est une sorte de soulagement parce que je l’ai obtenu dans des conditions très difficiles, sous une chaleur extrême. J’ai battu le Français Mathias Bourgue (153e joueur mondial), 6-4, 6-1, en finale en repoussant mes limites.

«J’ai prouvé que je suis capable de battre des joueurs classés parmi les 200 meilleurs au monde. Maintenant que j’ai atteint cet objectif, je devrai discuter avec mon équipe d’entraîneurs pour fixer le prochain. Ça change un peu la donne puisque ça me rapproche du classement requis pour participer aux qualifications des tournois du Grand Chelem. Jouer dans les qualifications au US Open, ça serait très bien. J’aimerais bien finir la saison parmi les 200 meilleurs au monde» a ajouté celui qui souhaite obtenir un laissez-passer de la part des organisateurs du tournoi de la Coupe Rogers, On sait que le volet masculin sera présenté cet été à Montréal.

Deux tournois au Québec

D’ailleurs, les amateurs de tennis du Québec pourront constater de près la progression dans le jeu d’Auger-Aliassime le mois prochain puisqu’il prendra part aux tournois Challenger de Gatineau et de Granby après avoir effectué une visite à Winnipeg.

«J’ai travaillé très fort en compagnie de Guillaume Marx, de Frédéric Fontang et Nicolas Perrotte et cela a payé, a-t-il raconté. J’ai bien progressé physiquement. Les cinq semaines passées à jouer en Asie ont été profitables Les conditions étaient difficiles et il a fallu que je m’adapte à quelque chose de nouveau.»