/news/currentevents
Navigation

Mafia montréalaise: un an et demi avant de recevoir leurs peines

Raynald Desjardins
Photo Archives / Agence QMI Raynald Desjardins

Coup d'oeil sur cet article

Comme leur patron Raynald Desjardins, ses six acolytes mêlés au complot de meurtre fatal pour l'aspirant parrain Salvatore Montagna recevront leurs peines un an et demi après avoir plaidé coupable.

La lenteur du système judiciaire québécois s'est de nouveau fait sentir, lundi, au palais de justice de Laval, quand une autre remise a été accordée avant de pouvoir clore les dossiers ‎de Vittorio Mirarchi, Jack Simpson, Pietro Magistrale, Calogero Milioto, Steven D’Addario et Steven Fracas.

«J'espère que cette fois-ci sera la dernière», a d'ailleurs dit le juge André Vincent aux procureurs des parties avant de reporter les prononcés des peines au 7 septembre.

Cette remise s'explique par le transfert d'un dossier de possession d'armes que Magistrale souhaite régler en même temps que l'affaire Montagna et qui traînerait au palais de justice de Joliette depuis l'hiver dernier.

L'équivalent de 105 mois purgés

Les six mafiosi s'étaient reconnus coupables de complot pour meurtre le 30 mars 2016.

Ils ont été arrêtés en décembre 2011.

Comme chaque jour passé en détention provisoire en vaudra un et demi, en vertu des règles en vigueur devant nos tribunaux, c'est donc dire qu'au moment de leur condamnation, les 70 mois qu'ils auront purgés en prison totaliseront l'équivalent de 105 mois d'incarcération. Plus de huit ans et demi déjà purgés leur seront alors crédités sur leurs sentences.

Desjardins avait écopé de 14 ans de pénitencier, en décembre 2016, soit un an et demi après s'être avoué coupable d'avoir orchestré ce complot qui a mené au meurtre de son ancien associé Montagna , abattu le 24 novembre 2011 au domicile de Jack Simpson sur l'île Vaudry, à Charlemagne.

Il ne restait alors à Desjardins que six ans et demi à purger ‎sur cette peine, compte tenu de la détention provisoire déjà écoulée.

Desjardins et Montagna ‎s'étaient alliés afin de prendre le contrôle de la mafia des mains du clan Rizzuto. Mais le premier a été la cible d'une fusillade au AK-47 à Laval, en septembre 2011.

Desjardins, qui s'est sorti indemne de cette tentative de meurtre, a immédiatement soupçonné Montagna d'avoir organisé le coup. Il a aussitôt préparé sa revanche, sans savoir que la GRC menait déjà une enquête antidrogue aux dépens de son clan et que les policiers interceptaient les textos encryptés qu'il échangeait avec ses complices.