/24m/job-training
Navigation

Les jeunes patrons rendent les vieux moins productifs

Les jeunes patrons rendent les vieux moins productifs
Photo stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Jean Poirier - 37e AVENUE

 

Par souci de productivité, plusieurs entreprises basent désormais leur système de promotion sur le mérite plutôt que sur l’ancienneté. Nommer de jeunes cadres compétents n’est toutefois pas sans conséquence, nous apprend une étude.

Bien sûr, l’ancienneté comporte une part irremplaçable d’expérience, qui fait que les travailleurs seniors demeurent essentiels dans la plupart des organisations. Et cela, aux plus hauts échelons de la direction.

Toutefois, la tendance s’observe depuis quelque temps déjà : les organisations réservent leurs postes de direction à des professionnels ayant des compétences bien précises, techniques ou de gestion.

Les raisons sont multiples, souligne une étude allemande publiée dans le Journal of Organizational Behavior : le rythme rapide de l’innovation technologique a convaincu les entreprises de promouvoir de jeunes esprits créatifs dans des postes de direction. La pénurie de main-d’œuvre qui découle des changements démographiques pousse les entreprises à retenir les travailleurs aînés plus longtemps en poste, et enfin, de plus en plus de professionnels ont une carrière sur le déclin passé 50 ans.

Ainsi donc, selon une étude CareerBuilder.com, 65 % des employés de 55 ans et plus avaient un supérieur plus jeune qu’eux. On parle donc d’une tendance lourde.

Une note discordante

Si ce système de promotion est motivant pour un jeune employé ambitieux, qui voit ses efforts récompensés, intégrer cette génération de jeunes patrons ne se fait pas sans heurts, dit toutefois l’étude. Les chercheurs Kunze et Mendes ont sondé 8 000 travailleurs de 61 entreprises allemandes pour découvrir que les employés séniors dirigés par de plus jeunes éprouvaient 12 % plus d’émotions négatives au travail.

La raison ? « Supervisés par des personnes plus jeunes, les employés plus âgés sont forcés de reconnaître leur manque de progrès, peut-on lire dans le rapport. En travaillant

quotidiennement pour un superviseur plus jeune, les subalternes plus âgés se font constamment rappeler qu’ils ont failli à se mettre à jour. »

Toujours selon l’étude, les entreprises touchées par cette friction « jeunes cadres/vieux subalternes » performeraient moins bien, tant sur le plan financier qu’organisationnel.

Femmes et jeunes, même combat

La réaction négative que suscite un jeune patron n’est pas seulement due au bilan peu reluisant que le travailleur aîné fait de sa propre carrière. Il y a, plus largement, un effet de dissonance par rapport aux attentes que l’on a envers la personne qui devrait « normalement » occuper un poste de direction.

En psychologie, on parle de « non-congruence de statut ». Règle générale, les travailleurs ne s’attendent pas à devoir rendre des comptes à un patron plus jeune qu’eux, et c’est ce qui les trouble.

On a constaté le même phénomène lorsque les femmes sont entrées sur le marché du travail et qu’elles ont peu à peu occupé des postes de direction. Or, ainsi évolue la force de travail aujourd’hui, puisque la société et les temps changent. Heureusement, l’histoire nous a appris que l’adaptation n’est pas impossible...