/24m/transports
Navigation

Les taxis quittent leur comité de modernisation

Les taxis quittent leur comité de modernisation
Photo, Charlotte R. Castilloux, 24 Heures

Coup d'oeil sur cet article

Tannés du «manque de sérieux» de la part du gouvernement, les taxis se retirent du comité de modernisation sur leur industrie mis en place par le ministère des Transports.

Le comité provincial de concertation et de développement de l’industrie du taxi (CPCDIT) a annoncé mardi matin qu’il quittait ce comité qu’il qualifie «de tentative de diversion». Le comité se serait réuni que quatre heures en six mois selon Guy Chevrette, porte-parole du CPCDIT.

«Quatre heures pour régler un problème de 1,4 milliard de dollars, vous pensez que c’est sérieux?», a annoncé M. Chevrette en soulignant que l’industrie en avait assez de «faire rire d’elle».

Créé en décembre dernier, le comité sur la modernisation avait comme mission d’aborder les différents enjeux de l’industrie, dont l’offre et la valeur des permis de propriétaire de taxi et les conditions économiques des acteurs de ce milieu. Différents acteurs de l’industrie du taxi et de la clientèle y siégeaient afin dans le but de mettre en place un programme visant à moderniser de l’industrie du taxi.

Même s’il se retire des discussions avec le gouvernement, le CPCDIT ne prévoit pas mettre de côté la modernisation de son industrie. «On est prêt pour la modernisation», a déclaré M. Chevrette en affirmant que l’industrie travaille sur un projet de code d’éthique et est prête à actualiser la formation. Toutefois, selon le CPCDIT, ce n’est pas un comité «bidon» qui mènera à quelque chose.

À pas de tortue

Selon Carolle Dallaire, qui siège sur le comité de modernisation à titre de représentante régionale de l’industrie du taxi, même si «le comité avance à pas de tortue», se retirer des discussions n’est pas la bonne solution pour l’instant.

«Je ne suis pas contre ce qu’ils disent, que ça l’air bidon et que quatre heures [en six mois] ce n’est pas assez, mais à l’inverse, est-ce que ça ne laisse pas une mauvaise impression de se retirer?», se questionne la présidente de taxi 2151 en précisant qu’elle continuera d’être sur le comité pour l’instant.

Même si le ministère des Transports déplore ce retrait, il ne marquera pas la fin du comité. «On n’est pas content du retrait du CPCDIT, mais il reste encore du temps [pour les autres membres de se rencontrer]», a affirmé Mathieu Gaudreault, attaché de presse du ministre Laurent Lessard, en ajoutant que le MTQ s’attend toujours à recevoir un rapport complet d’ici la fin de l’été, comme convenu à la création du comité.