/world/usa
Navigation

Tesla dédouané dans un accident mortel impliquant sa voiture sans pilote

Model S Autopilot
Photo d'archives, Tesla Motors

Coup d'oeil sur cet article

Un régulateur américain a indiqué que l’automobiliste décédé en 2016 à bord d’une voiture Tesla, équipée du système de pilotage automatique Autopilot, lors d’une collision avec un camion, ne tenait pas le volant en dépit de six alertes.

Dans un rapport de 500 pages publié lundi l’agence américaine chargée de la gestion de catastrophes aériennes et routières (NTSB) a conclu que le conducteur de la Model S «n’a pas tenu le volant pendant la majorité» du trajet de 37 minutes.

Le logiciel Autopilot lui a pourtant envoyé un message, «Mains requises non détectées» (Hands Required Not Detected), à six reprises mais le conducteur n’en aurait pas tenu compte.

Joshua Brown, un automobiliste d’une quarantaine d’années, avait trouvé la mort le 7 mai 2016 lors d’une collision avec un camion sur une route de Floride (sud-est), alors qu’il conduisait une berline Model S de Tesla équipée d’Autopilot.

Ce logiciel est composé de capteurs, sonars, caméras et de technologies dernier cri permettant aux voitures Tesla d’effectuer seules certaines manoeuvres comme freiner en cas de danger.

Si la cause de l’accident n’a toujours pas été déterminée, l’agence fédérale de la sécurité routière (NHTSA) avait pour sa part classé sans suite en début d’année une enquête de six mois sur cette affaire en dédouanant Autopilot. Les enquêteurs de la NHTSA avaient indiqué n’avoir détecté aucun défaut de conception ni de performance des systèmes de freinage d’urgence.

Tesla a procédé en septembre à une amélioration d’Autopilot, davantage basée sur l’utilisation de radars et capable de fonctionner à travers la pluie, le brouillard et la neige.