/lifestyle/columnists
Navigation

Réplique à «Le vrai visage de la religion»

Coup d'oeil sur cet article

Je lis ton Courrier ce matin et la lettre de Gilles Godin, cet homme qui se dit profondément athée, m’a fait sourciller et m’incite à t’écrire. Qu’il soit athée c’est son choix le plus strict. Mais quand il ose affirmer « qu’aucune religion n’évolue », là j’ai des petites nouvelles pour lui, car il a tort sur toute la ligne.

Si on remonte aux années soixante, je me souviens très bien que ma mère devait se rendre à l’église en portant un voile ou un chapeau sur la tête, car il n’y avait pas moyen à cette époque pour une femme, d’y entrer sans avoir la tête couverte. Au son de l’angélus, tout le monde baissait la tête et faisait une petite prière. Toutes les célébrations eucharistiques étaient en latin.

Si ma mémoire ne me fait pas défaut, c’est lors de la parution de l’encyclique Vatican 2 que de profonds changements ont été apportés à de nombreuses pratiques catholiques, dont celles énoncées plus avant qui devenaient alors désuètes.

Par contre, quant on s’attarde à examiner les pratiques de la religion musulmane, on constate qu’elles sont moyenâgeuses. Pensez juste à celle qui consiste à égorger un agneau à froid, orienté vers la Mecque. Jamais on ne pourrait imaginer ça dans la religion catholique quand c’est interdit par nos lois?

Pensez-vous que ces façons de faire favorisent une saine intégration des musulmans chez-nous? J’ai aussi vu un collègue musulman interrompre sont travail pour faire sa prière au détriment de son travail et de ses collègues. Est-ce normal?

Je reconnais qu’un bon nombre de porteurs du message de la religion catholique, surtout dans le clergé, a causé un tort important à l’image de cette religion. On n’a qu’à penser aux prêtres pédophiles par exemple. Par contre, il importe ici de ne pas mélanger la partie déviante du clergé avec le message de la religion catholique. N’oublions jamais que sans la religion catholique et son clergé, la langue française et la culture francophone n’existeraient plus au Québec et au Canada.

Anonyme, Lévis

Ce que vous dites est juste. C’est vrai que si l’on compare la pratique du catholicisme avec celle de la religion musulmane, on ne peut que célébrer les tentatives faites pour la moderniser, puisque dans sa façon de faire les choses et de tenir ses cérémonies, la religion catholique a fait de grands pas vers la simplicité. Mais sur certaines questions de fond comme l’avortement, l’homosexualité, l’accession des femmes à la prêtrise ainsi que le mariage des prêtres, on ne peut pas dire qu’elle évolue très vite. Je pense aussi que si on faisait une enquête auprès des musulmans progressistes, on verrait également une volonté de moderniser leur pratique.