/finance/business
Navigation

Un VP de la multinationale Total à la tête de Polytechnique?

La candidature de Philippe Tanguy à la direction générale de l'institution suscite son lot de questions

Philippe Tanguy.
Philippe Tanguy.

Coup d'oeil sur cet article

Des étudiants de Polytechnique, affiliée à l’Université de Montréal, regroupés sous la bannière Regroupement de Poly contre Total (RPCT), s’opposent farouchement à la candidature de Philippe Tanguy, haut dirigeant de Total, au poste de poste de directeur général de l’institution.

«C’est scandaleux! Total travaille pour changer les lois à son avantage partout», a alerté l’un des membres du RPCT, souhaitant garder l’anonymat par peur de représailles de la direction de l’université.

C’est mercredi que le comité de nomination de Polytechnique doit trancher entre Philippe Tanguy, actuel vice-président, recherches et développement pour la multinationale pétrolière Total, et Clément Fortin, qui a œuvré 27 ans au département de génie mécanique de l’école. Philippe Tanguy, président de la World Chemical Engineering Council, a travaillé à Polytechnique jusqu’en 2008.

Les opposants à la nomination de M. Tanguy craignent que l’image de Polytechnique soit ternie à jamais. Ils dénoncent l’opacité du processus de nomination et s’insurgent contre le fait de mettre la recherche universitaire au service de la grande entreprise.

Malaise au sein de l'institution

Polytechnique Montréal n’a pas voulu commenter, hier, la candidature de M. Tanguy, pas plus que le processus de nomination critiqué, admettant, au bout des lèvres, que les principaux intéressés avaient manifesté une certaine «réticence à ce que ça soit public».

L’école a refusé également de dévoiler les noms des douze membres du comité de nomination chargés de faire ce choix qui devra être entériné par le conseil d’administration, puis par la ministre ensuite.

Crise de confiance à venir ?

Pour Donald Riendeau, directeur général de l’Institut de la confiance dans les organisations (ICO) et spécialiste en éthique et gouvernance, il ne faut pas fermer la porte aux gens compétents. «Mais il faudra rester vigilant...», a-t-il prévenu , notant qu’une telle embauche n’est pas sans risque pour Polytechnique.

Alain Deneault, auteur d'un essai récent sur la pétrolière De quoi Total est-elle la somme?, a quant à lui, jugé préoccupant qu’un émissaire de Total soit en lice pour la direction de l'école de génie. « La pétrolière est passée maître dans l'art d'annexer officieusement des institutions publiques à ses intérêts », a-t-il noté, rappelant que la société exerce un véritable pouvoir dans plus de 130 pays où elle opère.

L’essayiste a aussi évoqué ses liens importants au pays dans les sables bitumineux de l'Alberta et la présence durant plus de 15 ans de Paul Desmarais fils – coprésident et chef de la direction de Power Corporation, avec son frère André – à son conseil d’administration.