/sports/hockey/homepage
Navigation

Danielle Goyette au Temple de la renommée

Elle devient la première hockeyeuse québécoise à recevoir cet honneur.

Danielle Goyette a remporté la médaille d’or avec l’équipe canadienne, aux Jeux olympiques de 2006 à Turin.
Photo Archives Danielle Goyette a remporté la médaille d’or avec l’équipe canadienne, aux Jeux olympiques de 2006 à Turin.

Coup d'oeil sur cet article

Au cours de sa glorieuse carrière, Danielle Goyette a tracé la route à plusieurs joueuses du Québec. L’ancienne attaquante l’a fait à nouveau, lundi, en devenant la première hockeyeuse de la Belle Province à être admise au Temple de la renommée.

La nouvelle est tombée en fin d’après-midi­­­ à l’issue du vote du comité de sélection tenu à Toronto. La cérémonie d’intronisation de Goyette, qui aura lieu dans la même ville le 13 novembre, mettra aussi en vedette les anciens de Ligue nationale, Teemu Selanne, Paul Kariya, Dave Andreychuk et Mark Recchi.

Pour la principale intéressée, cette nomination a été une surprise du début à la fin. D’ailleurs, au cours d’une conférence téléphonique après sa nomination, elle a raconté une anecdote sur la façon dont elle a reçu l’appel d’un membre du comité de sélection.

« J’ai même pensé ne pas décrocher le téléphone, parce que c’était un numéro de Toronto que je ne connaissais pas et que j’étais en train de faire quelque chose. J’ai finalement décidé de prendre l’appel », a-t-elle indiqué.

« Je n’ai même pas pensé à ça tout de suite quand j’ai commencé à parler avec Lanny McDonald. C’est lui qui m’a appris la nouvelle. J’étais sous le choc. J’ai eu les larmes aux yeux. C’est une journée que je n’oublierai jamais.

« Faire seulement partie de ce groupe est un honneur et je viens d’apprendre que je suis la première Québécoise à être intronisée, a ajouté l’ancienne attaquante sur le site des Dinos de Calgary, la formation féminine qu’elle dirige depuis 2007. Les joueurs de la LNH étaient mes idoles et ce sont eux qui m’ont montré à pratiquer ce sport.

« Les Canadiens de Montréal étaient mon inspiration. Quand tu pratiques le hockey au Canada, c’est l’ultime consécration. »

Elle a bien raison. Pour elle, c’est la cerise sur le gâteau après avoir été intronisée au Temple de la renommée de la Fédération internationale du hockey (2013) et à celui du sport canadien (2015).

Feuille de route exemplaire

L’attaquante originaire de Saint-Nazaire, un village de 800 âmes situé en banlieue de Saint-Hyacinthe, n’a pas laissé le choix au comité de sélection. Sa feuille de route d’une quinzaine d’années est impressionnante.

Au cours de ses trois participations aux Jeux olympiques, elle a aidé le Canada à remporter deux médailles d’or et une d’argent. Elle a profité de ces tournois pour amasser un total de 15 buts.

Puis, pendant les années de domination du Canada sur la scène internationale, Goyette a gagné l’or à huit reprises au Championnat du monde. En 171 parties avec la formation nationale, elle a inscrit 113 filets et 105 mentions d’assistance.

En bonne compagnie

Goyette devient ainsi la cinquième joueuse de l’histoire, la troisième Canadienne, à recevoir cet honneur. Avant elle, il y a eu Cammi Granato, Angela James, Geraldine Heaney et Angela Ruggiero.

Granato et James avaient été les deux premières à obtenir cette distinction en 2010. Depuis cette cuvée, Heaney (2013) et Ruggiero (2015) ont également eu droit à leur moment de gloire.

Étant donné que la glace est maintenant brisée pour les hockeyeuses du Québec, on peut penser qu’il y en aura d’autres dans les prochaines années. La gardienne Manon Rhéaume est possiblement l’une de celles dont la candidature sera étudiée sérieusement. 

Un palmarès bien garni

  • 2 médailles d’or aux Jeux olympiques (2002 – Salt Lake City et 2006 – Turin)
  • 1 médaille d’argent aux Jeux olympiques (1998 – Nagano)
  • Porte-drapeau du Canada lors des cérémonies d’ouverture des Jeux de Turin en 2006
  • 8 médailles d’or aux Championnats du monde de hockey féminin
  • Au moment de prendre sa retraite en 2008, elle était au quatrième rang des meilleures pointeuses de l’histoire des championnats du monde avec 68 points.

Autres hockeyeuses intronisées

  • Cammi Granato (2010)
  • Angela James (2010)
  • Geraldine Heaney (2013)
  • Angela Ruggiero (2015)

Les autres intronisés

Teemu Selanne

Teemu Selanne
Photo d’archives
Teemu Selanne

 

  • 1451 matchs (21 saisons dans la LNH)
  • 684 buts, 773 aides pour 1457 points
  • Deux records à son année recrue: 76 buts et 132 points
  • Gagnant des trophées Calder (1992-93), Maurice-Richard (1998-99) et Bill-Masterson (2005-06)

Paul Kariya

Paul Kariya
Photo d’archives
Paul Kariya

 

 

  • 989 matchs (15 saisons dans la LNH)
  • 402 buts, 587 aides pour 989 points
  • Deux saisons de 100 points et plus avec les Ducks d’Anaheim (1996 et 1999)
  • Il a marqué 50 buts lors de la saison 1995-95
  • Kariya a gagné l’or et l’argent avec le Canada aux Jeux olympiques

Dave Andreychuk

Dave Andreychuk
Photo d’archives
Dave Andreychuk

 

 

  • 1639 matchs (23 saisons dans la LNH)
  • 640 buts et 698 aides pour 1338 points
  • Gagnant de la coupe Stanley en 2004

Mark Recchi

Mark Recchi
Photo d’archives
Mark Recchi

 

 

  • 1652 matchs, dont 346 avec le Canadien (saisons 1994-95 à 1998-99)
  • 577 buts, 956 aides pour 1533 points
  • Gagnant de trois coupes Stanley. L’un des dix joueurs dans l’histoire à l’avoir avec trois équipes différentes (1991 – Pittsburgh, 2006 – Caroline et 2011- Boston)
  • Clare Drake (bâtisseur)
  • Entraîneur des Golden Bears de l’Université d’Alberta pendant 28 ans
  • 6 conquêtes du championnat canadien de hockey universitaire

Jeremy Jacobs (bâtisseur)

  • Gouverneur et propriétaire des Bruins de Boston depuis 1975
  • Président du bureau des gouverneurs depuis 2007