/finance
Navigation

Le PIB du Québec progresse mieux que celui du Canada

Coup d'oeil sur cet article

Le produit intérieur brut (PIB) du Québec a crû de 1,1 % au premier trimestre de cette année, soit une hausse annualisée de 4,3 %, a indiqué mardi l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Pour les trois premiers mois de l’année 2017, l’économie québécoise affiche donc une meilleure croissance que celle du Canada qui est de 0,9 % ou 3,7 % sur un rythme annualisé.

«La progression de la demande intérieure finale (+ 0,9 %) au premier trimestre est généralisée, et constitue une septième augmentation trimestrielle consécutive.»

«Les dépenses de consommation finale croissent de 0,7 %, alors que l’investissement (+ 1,6 %) poursuit sa reprise amorcée au début de 2016», explique l’ISQ.

L’économie va bien

Pour ce trimestre, les dépenses de consommation des ménages ont gagné de la vitesse avec une hausse trimestrielle annualisée de 3,7 %.

Quant au secteur public, les dépenses gouvernementales se sont accrues modestement, soit de 1,3 %.

Les entreprises semblent avoir repris confiance malgré la grève dans la construction. Les investissements en machinerie et outillage ont bondi de plus de 15 % au premier trimestre.

Pour Hélène Bégin, économiste principale chez Desjardins, cette bonne croissance du Québec en début d’année devrait permettre au Québec d’avoir une croissance de 2 % pour cette année.

Cependant, elle émet une réserve: «Les résultats du printemps risquent toutefois d’être affectés négativement par le climat difficile qui a ralenti plusieurs activités saisonnières, notamment les achats pour la période estivale.»

Tempo

Malgré des exportations en chute de 11,3 % à rythme annualisé au premier trimestre, Hélène Bégin soutient que «le tempo de l’économie est nettement plus rapide qu’anticipé». Un facteur positif soutient cette croissance: la vitalité de la demande intérieure.

Dans sa dernière analyse, l’économiste de Desjardins estime que «toutes les composantes affichant une progression et les ménages ayant un rôle dominant, cela confirme que la croissance économique repose sur des bases solides. Tous les éléments sont donc réunis pour supporter l’économie.»