/news/politics
Navigation

Lise Thériault dévoile une stratégie «féministe»

<b>Lise Thériault</b></br>
<i>Condition féminine</i>
Photo d'archives, Simon Clark Lise Thériault
Condition féminine

Coup d'oeil sur cet article

La ministre Lise Thériault a dévoilé jeudi sa très attendue stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les hommes et les femmes, qu’elle a qualifiée de « féministe ».

« Je pense que ce qui est important, c’est pas l’étiquette qu’on se donne, c’est le résultat qu’on aura », a-t-elle souligné lors du dévoilement de la Stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes vers 2021.

Ministre de la Condition féminine, Mme Thériault avait été au centre d’une controverse en 2016 quand elle avait affirmé être « égalitaire » mais ne pas être féministe.

« J’ai toujours dit que j’étais féministe à ma manière », a-t-elle rappelé jeudi.

La stratégie dévoilée comprend 59 actions qui touchent notamment le soutien à des organismes et groupes de femmes et la sensibilisation de la population aux inégalités qui persistent. Elle est dotée d’un budget de 80 millions de dollars, dont 32 millions en nouvel argent.

Création d’un indice québécois

« Enfin ! On l’attendait depuis mars 2015 », a réagi Mireille Jean, porte-parole en matière de condition féminine au Parti québécois.

Plusieurs volets de cette stratégie seront priorisés cette année. C’est le cas de la création d’un indice québécois de l’égalité. De plus le Québec participera à la campagne de l’ONU HeForShe, qui vise à « impliquer les hommes comme alliés dans l’atteinte de l’égalité entre les sexes ».

Une loi-cadre devrait aussi être créée en 2017-2018 afin de « coordonner et conseiller » les actions de l’ensemble du gouvernement en matière d’égalité, mais le contenu de cette future loi n’a pas encore été élaboré.

« Ce n’est pas de lois et de sensibilisation dont on a besoin, c’est de programmes et de mesures concrètes », s’est toutefois impatientée Mireille Jean, illustrant la réaction mitigée qu’a reçue la stratégie. « On ne met pas le gros de l’argent immédiatement. On peut donc douter de l’efficacité de cette politique ».

La Fédération des femmes du Québec s’est elle aussi dite déçue du manque d’actions concrètes dans la stratégie, surtout pour les femmes immigrantes ou issues de minorités sexuelles.

De son côté, le Conseil du statut de la femme se satisfait des grands principes directeurs émis dans la stratégie, qui correspondent à plusieurs de leurs préoccupations.