/entertainment/music
Navigation

Bob Dylan accueilli en véritable roi

FILES-NOBEL-DYLAN-SWEDEN-LITERATURE-AWARD-MUSIC
Photo AFP Bob Dylan

Coup d'oeil sur cet article

Dix ans après son dernier passage au Festival de jazz et cinq ans après sa dernière visite à Montréal, Bob Dylan était de retour dans la métropole, vendredi soir. Musicien légendaire, détenteur du prix Nobel de littérature 2016, l’artiste s’est produit devant un Centre Bell plutôt bien rempli, mais qui n’affichait pas complet.

Qu’importe, on peut facilement s’avancer et dire que les irréductibles ont été nombreux à avoir répondu à l’appel du musicien de 76 ans qui, dans le cadre de sa nouvelle tournée, les conviait à un concert présenté en compagnie de son band, formé de cinq (talentueux) musiciens.

L’hôte de la soirée, qui est monté sur scène aux environs de 20 h, a été accueilli en roi par la foule, qui s’est spontanément levée pour l’applaudir. De toute évidence, la légende avait réveillé la bête qui sommeillait tranquillement dans les gradins, jusque-là.

Sans artifice, ce monument à la voix et à la poésie unique s’est lancé dans l’interprétation de Things Have Changed. Même si la chanson sonnait comme une tonne de brique et qu’elle nous laissait présager le meilleur, nous n’avons pu nous empêcher d’imaginer ce concert dans une salle plus intimiste. Une prochaine fois, peut-être.

Libre

Installé au piano, Dylan a par la suite présenté l’électrisante Highway 61 Revisited, au plus grand bonheur de ses fans, avant de changer complètement de registre. Après avoir pris place derrière le micro, il s’est lancé dans Why Try To Change Me Now, une reprise de Sinatra que l’on retrouve sur son album Shadows In The Night, l’un de ses récents disques consacrés à des reprises.

Son interprétation, bien sentie, a fait oublier ce changement de ton drastique (Dylan a toujours eu la réputation de l’artiste qui aime faire à sa tête, rappelons-le) et la foule a beaucoup apprécié ce moment, empreint d’émotion. De toute évidence, le maître était en pleine forme.

Fascinant

Qu’est-ce qui rend Dylan aussi fascinant ? Sa musique, ses interprétations, sa voix (à la beauté imparfaite), un peu de tout ça ? Si une chose est sûre, toutefois, c’est que l’artiste a un réel don pour captiver son auditoire, et ce, sans lui adresser la parole une seule fois.

Parmi les beaux moments de cette soirée, on compte l’interprétation de Melancholy Mood, superbe reprise, ainsi que le succès Tangled Up in Blue, qui a fait le bonheur du public. Le poète nous a également transportés avec Desolation Road et Ballad of a Thin Man... Quel univers !

Quand la musique est si puissante, on se dit qu’on aurait même pu écouter le concert les yeux fermés.