/finance/news
Navigation

Attention aux cryptomonnaies

Attention aux cryptomonnaies
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de 2017, on entend quotidiennement parler des monnaies virtuelles. De nombreux lecteurs m’ont contacté pour me demander s’ils devaient sauter dans la mêlée et investir eux aussi dans la « cryptomonnaie ».

Il faut dire que la popularité du Bitcoin attire maintenant les foules. Et pour cause, 10 000 $ convertis en Bitcoin en 2010 ont maintenant une valeur supérieure à 200 millions ! Depuis janvier sa croissance est de 137 %. Il y a de quoi rêver. De son sommet de 3000 $ atteint le 12 juin dernier, le cours du Bitcoin a reculé de 25 % jeudi dernier. C’est donc encore plus volatil que la Bourse.

Une monnaie électronique

Les devises comme le Litecoin, Ripple, Dash, Ethereum et le très populaire Bitcoin sont des « bébelles » très mystérieuses pour la plupart d’entre nous.

Pour résumer le principe, on peut dire que les monnaies électroniques de ce genre reposent sur une technologie complexe, la « blockchain » qui permet d’échanger ses devises sans intermédiaire qui prendra des frais ou une commission comme le font les banques avec l’argent papier et nos cartes de débit/crédit. Un réseau informatique privé (non supervisé par un État ou une banque centrale) permet l’échange et la création de cette monnaie tout en validant les transactions et empêchant toutes falsifications et contrefaçons.

Les utilisateurs conservent leur précieuse devise dans un portefeuille numérique dans leur téléphone, tablette ou ordinateur de bureau. On dit que la technologie de la cryptomonnaie la rend très sécuritaire, transparente et inviolable. À ce sujet, de grandes institutions comme Fidelity, JP Morgan, RBC et TD testent des applications possibles pour sécuriser davantage les opérations interbancaires.

Pas un bon investissement

Malgré la popularité des Bitcoins, il ne s’agit pas vraiment d’un investissement. C’est de la spéculation pure et simple. Ça me fait énormément penser aux « chaînes pyramidales » des années 1980. Quelques rares individus s’enrichissent et de nombreux autres se font lessiver.

On doit rappeler le cas de Mt.Gox, une plateforme d’échange de Bitcoins de Tokyo qui a fait faillite il y a trois ans. Des pirates informatiques ont dérobé pour 300 millions de dollars de Bitcoins appartenant à des particuliers. La police japonaise soupçonne toujours le président fondateur Mark Karpelès d’avoir détourné les actifs vers un compte secret lui appartenant.

Méfiez-vous

  • Les Bitcoins et autres n’ont cours légal dans AUCUN pays.
  • Les risques de vol et de fraude sont importants.
  • La Banque du Canada n’autorise pas encore les transactions par cryptomonnaies.
  • L’anonymat offert attire le crime organisé, les terroristes et les trafiquants en tous genres.
  • Si vous perdez le code de vos bitcoins ou qu’on vous les vole, vous perdez tout. Il n’y a ni copie possible ni recours quelconque.
  • L’AMF prévient que ces monnaies ne sont pas réglementées et qu’aucun cadre juridique ne protège le consommateur.