/opinion/blogs/columnists
Navigation

Psychologie sommaire des fédéralistes absolument amoureux du Canada

Psychologie sommaire des fédéralistes absolument amoureux du Canada

Coup d'oeil sur cet article

Je le dis tout de suite car je veux éviter toute ambiguité, je ne parlerai pas dans ce texte de tous les fédéralistes, loin de là, mais d’une catégorie particulière de fédéralistes, qui adhère moins au Canada parce qu’il croit le lien fédéral favorable aux intérêts du Québec, mais parce qu’il a renoncé à toute forme de point de vue québécois sur le Canada et a décidé d’aimer ce dernier d'un amour inconditionnel. Je parle plus spécialement du fédéraliste qui justifie son option politique de la manière suivante: «Je vais au Canada souvent, j’y travaille, même, et on ne m’y a jamais insulté. Pourquoi devrais-je vouloir me séparer du Canada?».

Cette phrase en dit beaucoup sur l’imaginaire fédéraliste: le simple fait de ne pas se faire insulter suffit à certains comme marque de reconnaissance nationale. Ils vont à Toronto, à Vancouver, on ne leur crache pas au visage, et ils en reviennent convaincus que le peuple québécois est respecté au Canada. Il ne leur vient pas à l’esprit, manifestement, que le Canada anglais est peuplé de gens civilisés et qu’on n’y insulte pas les francophones dans la rue – du moins, on ne le fait plus. C’est déjà un peu plus compliqué de travailler en français dans la fonction publique fédérale, cela dit. Mais on nous demandera de ne pas nous formaliser pour ça. Le réalisme consiste à accepter que le Canada est un pays anglais, non?

Au Canada, les Québécois sont acceptés comme individus, cela va de soi: c’est comme peuple qu’ils sont rejetés. Qu’ils demandent toutefois d’ouvrir la constitution pour tenir compte de la vision québécoise du Canada, qu’ils demandent de transférer certains pouvoirs à Québec, qu’ils demandent de pas être perçus comme des immigrants parmi d’autres, et on leur dira non avec exaspération. En fait, dès que les Québécois réclament quelque chose collectivement, on leur fait comprendre qu’ils vont trop loin. On pourra aussi les traiter de racistes s’ils parlent d’identité et prétendent même soustraire le Québec au multiculturalisme fédéral. Il y a des choses qui ne se sont pas, par exemple, penser le Québec à l’extérieur des catégories officielles prescrites par la fédération.

Mais nos fédéralistes ont alors une réponse toute faite : mais la constitution est un débat inutile qui ennuie tout le monde! Pourquoi s’y intéresser? Misons sur les vraies affaires! Le Canada officiel, auquel ils ont prêté une fidélité inconditionnelle, croit pourtant le contraire. Il est à ce point attaché à sa constitution qu’il est horrifié à la simple ide de l’ouvrir et la considère comme un texte presque sacré. L’idée passe même pour scandaleuse. Faut-il rappeler qu’une constitution façonne un pays, qu’elle détermine ses mentalités, qu’elle structure la citoyenneté? Philippe Couillard est maintenant d’accord avec cela, et pour l’essentiel, il trouve la constitution canadienne globalement acceptable.

Nos fédéralistes, en fait, se solidarisent avec le Canada et sa vision de la fédération pour ne pas avoir à tenir compte de la signification du refus obstinée de tenir compte des revendications historiques du Québec à Ottawa et dans les provinces anglaises. Ils préfèrent s’exaspérer avec Toronto de ces Québécois repliés sur eux-mêmes que plaider pour une plus grande autonomie nationale. Ils préfèrent dépolitiser complètement leur vision du pays et se contenter, suprême audace, de reconnaître qu’il a de petites imperfections dans ce pays, mais rien qui justifierait la remise en question du lien fédéral.

Pour cela, ils doivent aussi abolir la mémoire québécoise, ainsi que celle des tensions politiques canado-québécoises et s’installer dans un présent perpétuel, celui d’un Canada idyllique, réinventé par le marketing fédéral, qui nous vante le meilleur pays du monde. Ils doivent s’extraire de l’histoire du Québec et neutraliser sa charge politique : dans le jargon canadien, on appelle cela refuser de s’enfermer dans le passé. Et cela, même si les décisions prises dans le passé pèsent encore lourdement sur notre présent. On chantera l'optimisme, la confiance en l'avenir et d'autres fadaises qui permettent de ne pas trop tenir compte des réalités les plus dérangeantes.

Ils rechignent naturellement à donner des arguments – ce qu’ils préfèrent, c’est parler de leur «ressenti». Ils ne se sentent pas dominés, ils ne se sentent pas humiliés, ils sentent qu’on les respecte, et ainsi de suite. Très bien. Il faut tenir compte du sentiment des gens, ils sont essentiels. Mais il faudrait aussi réfléchir politiquement, tenir compte de l’ordre constitutionnel dans lequel nous vivons, et nous expliquer pourquoi ce qui était inacceptable hier est appréciable ou négligeable aujourd’hui. Il faudrait parler non pas en amoureux mais en citoyens et penser les conséquences du fédéralisme sur le peuple québécois. Encore faut-il croire au Québec d'abord.

Nos ultrafédéralistes disent avoir le droit d’aimer le Canada. C’est juste. Personne ne leur conteste. Mais ils ne nous contesteront pas le droit de constater qu’ils se contentent de peu et se contentent d’un amour unilatéral, à sens unique – ils ne nous empêcheront pas de constater que cette histoire d’amour est devenue purement fantasmatique et qu’ils aiment d’autant plus le Canada que ce dernier leur refuse de son côté toute marque d’amour. Le Canada leur a toujours dit non mais ils se sont habitués à cette négation et ils consacrent une bonne part de leurs énergies à la dédramatiser et même à la nier. C’est la psychologie sacrificielle du Québécois qui croit se grandir en renonçant aux aspirations historiques des siens.

Être Canadien dans le Canada tel qu’il est, c’est une bonne manière, un jour, de ne plus être Québécois.