/sports/opinion/columnists
Navigation

Timmins survivra ou périra avec Bergevin

Trevor Timmins
Photo d'archives La nomination de Trevor Timmins au poste d’adjoint à Marc Bergevin ne fait pas l’unanimité, mais il a toute la confiance de son patron.

Coup d'oeil sur cet article

C’est à croire que le Canadien vient de remporter la coupe Stanley avec le nombre de nominations annoncées hier au sein du personnel des opérations hockey.

Trevor Timmins, Martin Lapointe, Rob Ramage et Francis Bouillon ont obtenu des promotions.

La nomination de Timmins au poste d’adjoint de Marc Bergevin ne fait pas l’unanimité, mais il a toute la confiance de son patron. Il survivra ou périra avec lui.

La semaine dernière, Larry Carrière se voyait confier le poste de directeur général du Rocket de Laval en remplacement de Bergevin, qui se concentrera sur ses fonctions de D.G. avec le grand club.

Le seul perdant, si on peut dire, est Vincent Rideau qui a perdu le titre de directeur général adjoint du club-école du Canadien. Il devient directeur du développement des gardiens faisant partie de la relève de l’organisation. Il est aussi assigné au recrutement professionnel.

46 personnes

En tout et partout, l’organigramme hockey compte pas moins de 46 personnes.

C’est beaucoup de monde !

On en retrouve une dizaine à la direction, soit Bergevin, Timmins, Rick Dudley (vice-président principal, opérations hockey), Scott Mellanby (aussi directeur général adjoint), John Sedgwick (directeur des affaires légales et négociations de contrat), Martin Lapointe (directeur du personnel des joueurs), Rob Ramage (directeur du développement des joueurs), Francis Bouillon (entraîneur du développement des joueurs), en plus de Carrière et Riendeau.

Le personnel d’entraîneurs du Canadien, au nombre de huit, est formé de Claude Julien, Kirk Muller, Jean-Jacques Daigneault, Daniel Lacroix, Stéphane Waite, Mario Leblanc (service vidéo), Éric Gravel (service vidéo) et Pierre Allard (entraîneur en préparation physique.

Du côté de Laval, il y a Sylvain Lefebvre, Donald Dufresne et Marco Marciano.

Ajoutez quatre autres recruteurs professionnels et 21 recruteurs amateurs.

Par contre, il ne faut pas croire que le Canadien est unique dans cette situation.

À preuve, le personnel des opérations hockey des Blackhawks de Chicago comprend 44 personnes.

Juulsen et Lernout à surveiller

Considérant le nombre de défenseurs qui sont partis depuis la fin de la saison, le Canadien en a embauché quelques-uns par l’entremise du marché des joueurs autonomes.

Mais quand on pense à la relève, les noms de Noah Juulsen et de Brett Lernout sont les premiers qui viennent à l’esprit.

Juulsen a disputé quelques matchs avec les IceCaps de Saint John’s après sa saison junior.

Qu’en pense Sylvain Lefebvre ?

«C’est un défenseur combatif qui pratique un jeu solide et qui fait une bonne première passe», indique-t-il.

«Il a déjà une attitude de professionnel. Il a des choses à améliorer. Il doit notamment gagner du tonus musculaire. À son arrivée au camp d’entraînement l’an dernier, il relevait d’une fracture de la mâchoire et il était un peu frêle.»

«C’est un spécialiste pour écouler les infériorités numériques.»

Quant à Lernout, Lefebvre le considère comme le joueur s’étant le plus amélioré avec le club-école au cours de la dernière saison. « On est parfois impatients avec les jeunes, mais la prudence est de mise », rappelle Lefebvre.