/entertainment/movies
Navigation

Une Scream Queen débarque à Montréal

Adrienne Barbeau
Photo courtoisie Adrienne Barbeau

Coup d'oeil sur cet article

On l’a vue dans plusieurs films d’horreur cultes au fil des ans. Mais avant de participer à The Fog, Creepshow et Swamp Thing, Adrienne Barbeau était loin de se destiner à une carrière dans le monde de l’épouvante.

« Je déteste avoir peur ! », raconte en riant l’actrice de 72 ans, attendue à Montréal tout le week-end pour le Comiccon de Montréal.

Mais, évidemment, le destin en a voulu autrement. Son mariage avec John Carpenter, maître de l’horreur derrière le mythique Halloween, a donné à sa carrière une trajectoire inattendue.

« Je n’aurais jamais eu de carrière en horreur si je ne l’avais pas rencontré. J’ai finalement adoré tourner ces films d’épouvante, mais je déteste avoir à en regarder. Je n’ai même jamais vu les classiques comme Psycho », raconte l’actrice de 72 ans, jointe par téléphone le mois dernier.

Pourtant, elle a laissé une marque indélébile chez les fans d’horreur. Ils lui ont attribué le titre de Scream Queen, décerné aux grandes héroïnes de films de genre telles que Jamie Lee Curtis et Heather Langenkamp.

C’est pour cette raison qu’elle participera ce week-end au volet Necropolis du Comiccon de Montréal, dédié au monde de l’horreur et de l’épouvante. Les fans pourront également y rencontrer Tony Todd, alias Candyman, de passage dans la métropole pour l’occasion.

La voix de Catwoman

Chacune de ses participations à des événements de la sorte permet à Adrienne Barbeau de prendre conscience de l’importance qu’a eue son travail sur ses fans d’ici et d’ailleurs. Certains viennent la rencontrer pour ses films d’horreur, d’autres pour les différents personnages auxquels elle a prêté sa voix, notamment Catwoman dans les aventures animées de Batman.

« Des gens sont venus me rencontrer pour me montrer un tatouage qu’ils s’étaient fait faire, inspiré de mes films, ou encore pour me parler de projets que j’ai faits avant même qu’ils ne soient nés. C’est vraiment incroyable comme expérience », témoigne-t-elle.

De passage à Montréal pour le week-end, l’actrice pourra reprendre un rendez-vous manqué avec la métropole qui remonte à la fin des années 1970. L’actrice avait accepté un rôle dans le film Top of the Hill pour une seule raison : le tournage devait se dérouler à Montréal.

« J’ai toujours voulu visiter Montréal. Alors j’ai sauté sur l’occasion. Mais quand je suis arrivée à l’aéroport, on m’a fait embarquer dans un autobus... en direction de Saint-Jovite. C’était une ville formidable, mais je m’attendais vraiment à pouvoir découvrir Montréal », ricane Adrienne Barbeau.