/news/consumer
Navigation

Eau souillée sur les patates

Le restaurant était malpropre lors de la visite des inspectrices en octobre 2016

Coup d'oeil sur cet article

Le restaurant Vincent Sous-Marin du quartier Hochelaga était mal entretenu au point où de l’« eau souillée » d’un tuyau tombait sur des pommes de terres cuites.

« En sortant de la chambre froide, des gouttes d’eau souillée provenant du plafond sont tombées sur ma tête [...] J’ai pu voir les cernes au plafond ainsi que la peinture qui décollait », ont noté les inspectrices lors de leur visite d’octobre 2016.

L’établissement, situé au 3855, rue Sainte-Catherine à Montréal, a écopé de 2100 $ d’amende en mai dernier pour des manquements observés en 2016.

Mouches

Des « gouttelettes d’eau souillée » tombaient dans des contenants de pommes de terre blanchies non couvertes, ont indiqué les inspectrices dans leur rapport. L’eau dégouttait d’un « tuyau métallique rouillé et sale reliant le mur et l’unité de ventilation, près d’un fil électrique jaune poussiéreux ».

Les murs avaient des trous et le plafond était en mauvais état au point où des morceaux de plâtre étaient brisés, ont-elles aussi remarqué.

Des mouches volaient dans la section lavage du commerce et l’équipement était malpropre. L’intérieur de l’évier était « moisi dans les coins ». L’intérieur du lave-vaisselle et de la robinetterie étaient encroûtés de saletés.

Le rapport laisse entendre que les inspectrices se sont rendues sur place à la suite d’une plainte du public pour « aliment impropre ».

Les responsables s’étaient pourtant fait avertir près de 10 mois plus tôt par des inspectrices qui ont trouvé une matière « gluante rose » sur le pourtour du contenant métallique d’un réchaud vapeur, peut-on lire dans le rapport de janvier 2016.

Odeurs nauséabondes

Les inspectrices avaient aussi senti une odeur nauséabonde à plusieurs endroits, notamment en soulevant une planche à découper et en soulevant le panneau d’aluminium collé sur la tablette d’une table. Elles ont également noté une « couche uniforme de graisse jaune raboteuse » sous des tablettes et des coulisses de graisse sur les pattes d’une petite table.

De son côté, le gérant du restaurant, Rhéaume Benoît, assure que le restaurant est propre. « Tout est correct, bien fait et légal », indique-t-il.

Selon lui, les inspecteurs sont trop sévères. Plusieurs restaurants du coin ont subi les représailles du ministère de l’Alimentation (MAPAQ) récemment, a remarqué M. Benoît. « En 30 ans en restauration, je n’ai jamais vu ça. Et ce n’est pas parce que c’est malpropre ».

Extraits du rapport

« Objet de la plainte : aliment impropre. »

– Les inspectrices

  • Malpropreté
  • Mauvais entretien
Carte interactive