/24m/outings
Navigation

5 bougies pour les Z’Importés

Kevin Raphaël
Courtoisie Kevin Raphaël sera à la barre des Z'Importés au Zoofest.

Coup d'oeil sur cet article

Les Z’Importés brasseront la cage pour une cinquième année consécutive au festival Zoofest. De P.K. Subban, à la politique, aux Noëls haïtiens, les soirées animées par Kevin Raphaël ne feront pas dans la dentelle.

Cinq ans après son apparition, le spectacle des Z’Importés possède une aussi grande pertinence qu’à ses débuts, selon Kevin Raphaël. «Il y a deux semaines, il y a des blacks qui poussaient un chariot à la Saint-Jean, et il y avait encore des gens pour dire que c’était pas grave. Si on parle pas de ce genre de choses, qu’on en rit pas, on ne peut pas commencer à se comprendre», souligne-t-il avec vivacité.

L’humoriste, connu notamment pour ses descriptions de matchs de hockey à la manière haïtienne et la websérie Un Contre Un, se retrouve pour la première fois à la barre de ce spectacle, devenu une véritable plateforme pour les humoristes de la relève issus des minorités culturelles.

«Je dis pas que notre show va révolutionner les rapports raciaux au Québec, mais juste de pouvoir parler de nos réalités peut créer un vrai échange de cultures et de connaissances», souligne Kevin Raphaël.

Prendre sa place

Même s’ils partagent la même ville, les Montréalais vivent souvent dans des univers qui ne se croisent que trop rarement. «À Noël, les quarante membres de ma famille et moi nous rendons dans le 4 ½ de ma grand-mère. On mange par terre, jusqu’à ce qu’on soit assez vieux pour mériter une chaise à la table des adultes, raconte Kevin Raphaël en riant. Quand je parle de ça en show, les spectateurs n’en reviennent pas que ça se passe à côté de chez eux!»

C’est ce genre d’histoires qui rend ce spectacle aussi rafraîchissant et différent. «Tu sais, quand je vais à la télé, je ne fais pas le black de circonstance, je n’ai pas besoin d’avoir un chapeau de paille et de couper une banane. Je suis juste moi!, s’exclame-t-il. On a beau être fâchés contre le système et tout ça, mais à un moment donné, il faut forcer les gens à nous donner notre place.»

C’est la recette humoristique à la sauce Kevin Raphaël : une franchise sans bornes, qui procure des électrochocs nécessaires. «Notre show est vrai. S’il faut dire fuck, on va le dire!», lance-t-il en riant.

Le spectacle Les Z’Importés aura lieu les 14 et 15 juillet, au Cabaret du 4e du Monument-National.