/news/politics
Navigation

30 mois de prison pour l’ex-directeur

Claude Deguise, bras droit de l’ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt, s’est excusé aux Lavallois mardi

Claude Deguise
photo courtoisie Claude Deguise, ex-directeur de l’ingénierie à Laval, a plaidé coupable à des accusations de complot et de fraude.

Coup d'oeil sur cet article

Un des principaux collaborateurs de l’ex-maire Gilles Vaillancourt a pris le chemin de la prison mardi, après s’être excusé auprès des Lavallois pour avoir trempé dans la corruption pendant 15 ans.

Claude Deguise, ex-directeur de l’ingénierie de la troisième plus grosse ville au Québec, a reçu une peine de 30 mois de prison mardi.

Il avait plaidé coupable la semaine dernière à des accusations de complot, de fraude envers la Ville de Laval et de corruption dans les affaires municipales. Il était aussi accusé de gangstérisme aux côtés du maire Gilles Vaillancourt, mais cette accusation a été retirée.

Deguise, 60 ans, est arrivé au tribunal dans des habits confortables : un pantalon léger et un simple t-shirt blanc, avec un petit sac à la main. Après la lecture de sa peine, une constable spéciale lui a mis la main au bras pour le diriger vers le box des accusés et lui passer les menottes.

L’ancien fonctionnaire est considéré avoir coordonné les activités de corruption et de collusion de 1996 à 2010, pendant l’ère Vaillancourt. Différentes enquêtes ont déterminé qu’il servait d’intermédiaire entre les entrepreneurs et l’ancien maire.

« Désolé »

Claude Deguise a tenu à s’adresser à la cour ce matin avant de connaître sa sentence. « Aux Lavallois, je veux dire que je suis désolé », a-t-il déclaré, après avoir « donné un conseil » aux plus jeunes appelés à prendre la relève dans l’administration municipale pour éviter de tomber dans le piège de la corruption.

« Il faut vraiment être capable de s’arrêter, dit-il. Aujourd’hui, il y a assez de repères ; il n’y a pas de raisons de continuer. »

Deguise a affirmé à la cour avoir sombré dans l’alcool depuis qu’il a été arrêté en 2013, avant de se reprendre en main. Il a dit être en mesure d’assumer ses gestes aujourd’hui, avant d’être pris en charge par les constables spéciaux.

Treize autres participants au stratagème criminel ont aussi plaidé coupables, dont Luc Lemay, ancien dirigeant de J. Dufresne Asphalte. Il purgera une peine de 21 mois derrière les barreaux.

Un autre condamné, l’ingénieur François Perreault, un ancien v.-p. de Génivar, s’est lui aussi adressé à la cour.

« Je regrette d’avoir participé à ce système à Laval, dit-il. On croyait sincèrement que c’était la seule façon de faire des affaires. On aurait dû dire non. Bien sûr, on aurait perdu des contrats, mais on aurait préservé notre dignité. »

Le juge James Brunton a entériné les propositions communes de la défense et de la Couronne pour tous les accusés ayant reçu leur sentence mardi. En échange des plaidoyers de culpabilité, le Directeur des poursuites criminelles et pénales accepte de laisser tomber le chef de complot pour fraude et celui d’avoir aidé Gilles Vaillancourt à commettre des abus de confiance.

Laval Gagnon, Mike Mergl et Giuseppe Molluso doivent revenir le 20 septembre pour connaître leur sentence. Guy Desjardins doit de son côté se présenter à nouveau le 24 août.

Trois accusés également présents ce matin, Yannick Bouchard, Rosaire Sauriol et Alain Filiatrault, n’ont pas plaidé coupables aujourd’hui et doivent revenir devant le tribunal le 24 août.

Pas de commentaires

Les condamnés et leurs avocats n’ont pas voulu faire de commentaires aux médias. Le procureur au dossier, Richard Rougeau, s’est dit satisfait de ces sentences. « Je considère qu’un pas important a été franchi. »

Dans le cadre de ce procès, l’ex-maire a déjà plaidé coupable en septembre dernier à des accusations de fraude, de complot pour fraude et d’abus de confiance. La cour l’a condamné à six ans de prison. Il a aussi accepté de rembourser 8,5 M$ à la Ville de Laval.

— Avec Andrea Valeria

Les 37 accusés du projet Honorer

À ce jour

  • 17 ont plaidé coupables, dont 3 sont en prison.
  • 10 sont en attente de procès.
  • 7 ont obtenu un arrêt des procédures en raison des délais judiciaires (arrêt Jordan).
  • 3 sont décédés avant de subir leur procès.

Ils ont plaidé coupables mardi

13 autres coaccusés de Gilles Vaillancourt ont plaidé coupables à des accusations de corruption dans les affaires municipales, d’abus de confiance et de fraude envers le gouvernement.

Leonardo Moscato

Un an d’emprisonnement dans la collectivité

♦ Président de Construction Timberstone inc., son entreprise fait partie de la liste des 74 compagnies de construction aperçues par la GRC dans le stationnement du Café Consenza, le repaire de la mafia montréalaise, entre 2002 et 2006. Il a communiqué avec ses concurrents pour organiser la collusion et versé une ristourne de 2 % au parti PRO des Lavallois.


Laval Gagnon

Claude Deguise
Photo courtoisie

Connaîtra sa peine le 20 septembre

♦ Cet ingénieur a travaillé pour CIMA+ et le Groupe SM. Il était responsable des « contrats arrangés » avec Laval. Il communiquait avec ses concurrents et versait une ristourne de 3 % au parti PRO des Lavallois. Il a estimé avoir versé 150 000 $ en argent comptant.


Mario Desrochers

Un an d’emprisonnement dans la collectivité

♦ Il a été responsable de Sintra pour la région de Laval de 2000 à 2005, puis a travaillé pour Asphalte Desjardins inc. de 2005 à 2009. À ce titre, il a communiqué avec ses concurrents pour organiser la collusion et versé une ristourne d’environ 2 % sur les contrats des firmes.


Guy Jobin

Claude Deguise
Photo, Martin Alarie

Deux ans moins un jour d’emprisonnement dans la collectivité

♦ Associé des firmes de génie Equiluqs et Jobin Courtemanche, il a communiqué avec ses concurrents pour organiser la collusion et versé une ristourne d’environ 2 % sur les contrats des firmes.


Guy Desjardins

Connaîtra sa peine le 24 août

♦ Entrepreneur dans le domaine de l’asphalte. Il a participé au dépôt de soumissions de complaisance et communiqué avec des concurrents pour organiser la collusion. Son oncle, Claude Desjardins, fait également partie des 37 coaccusés.


Yves Théberge

Claude Deguise
Photo, Martin Alarie

Deux ans moins un jour d’emprisonnement dans la collectivité

♦ Comme ex-actionnaire de CIMA+, cet ingénieur a bénéficié de ses nombreux contrats avec la Ville de Laval. Il a aussi consenti à ce que des bouteilles de vin soient envoyées à Claude Deguise, alors directeur de l’ingénierie à Laval.


Carl Ladouceur

18 mois d’emprisonnement dans la collectivité

♦ Dirigeant de Carl Ladouceur Excavation inc., il a communiqué avec ses concurrents pour organiser la collusion et versé une ristourne d’environ 2 % sur les contrats des firmes au parti PRO des Lavallois.


Patrick Lavallée

Claude Deguise
Photo, Martin Alarie

Deux ans moins un jour d’emprisonnement dans la collectivité

♦ Il a hérité des parts de son père dans J. Dufresne Asphalte. En 2003, il a rencontré le maire Gilles Vaillancourt seul à seul pour lui confirmer qu’il avait pris le contrôle. À partir de 2004, à titre de président, il contactait ses concurrents dans le cadre du système de collusion.


Mike Mergl

Claude Deguise
Photo, Martin Alarie

Connaîtra sa peine le 20 septembre

♦ À titre de dirigeant de Construction Mergad inc., il a communiqué avec ses concurrents pour organiser la collusion et a versé une ristourne de 2 % au parti PRO des Lavallois.


Luc Lemay

21 mois de prison

♦ Ex-président, vice-président et estimateur chez J. Dufresne Asphalte, il était le principal responsable du stratagème de collusion dans l’entreprise, selon l’exposé conjoint des faits. Il communiquait avec ses concurrents pour organiser la collusion et payait une ristourne de 2 % sur ses contrats au parti PRO des Lavallois.

Louis Farley

Claude Deguise
Photo, Martin Alarie

Deux ans moins un jour d’emprisonnement dans la collectivité

♦ Ancien vice-président de la firme de génie CIMA+, il a reconnu avoir communiqué avec ses concurrents pour organiser la collusion et avait connaissance d’une ristourne de 3 % versée par les firmes de génie au parti PRO des Lavallois.


François Perreault

Claude Deguise
Photo, Martin Alarie

Deux ans moins un jour d’emprisonnement dans la collectivité

♦ Ancien VP de la région de l’ouest du Québec pour la firme GENIVAR. Il a communiqué avec ses concurrents pour organiser la collusion et avait connaissance d'une ristourne de 2 % des contrats au parti PRO des Lavallois.


Giuseppe Molluso

Claude Deguise
Photo, Martin Alarie

Connaîtra sa peine le 20 septembre

♦ Un des principaux collaborateurs du controversé homme d’affaires Tony Accurso (aussi arrêté avec Gilles Vaillancourt le 9 mai 2013), il a été président de Construction Louisbourg. Il a communiqué avec ses concurrents pour organiser la collusion et payé une ristourne de 2 % sur ses contrats au parti PRO des Lavallois.