/news/currentevents
Navigation

(VIDÉO) Procès pour agression sexuelle: reconnu coupable, il pète les plombs en cour

Coup d'oeil sur cet article

Un ex-massothérapeute est devenu complètement hystérique alors qu’il était sur le point d’être déclaré coupable d’agression sexuelle sur trois clientes, forçant l’intervention d’une dizaine de constables spéciaux dans la salle de cour.

Le prononcé de la sentence du massothérapeute Nadim Hajhattab s’est transformé en véritable foire d’empoigne ce matin au palais de justice. L’homme qui s’en était déjà pris à des journalistes au cours de son procès s’est une fois de plus désorganisé, cette fois devant la juge.

Alors qu’il devenait évident que Hajhattab allait être déclaré coupable par la juge Chantale Pelletier, l’homme a violemment frappé la table dans la boite des témoins avec son portefeuille avant de se lever en criant, complètement hystérique.

Longue altercation

Les deux constables spéciaux qui étaient déjà dans la salle ont alors tenté de maitriser l’homme au large physique. S’en est suivi une longue altercation pendant que la juge quittait la salle en vitesse.

Au quatrième étage du palais de justice, les renforts ont pris quelques instants à arriver pendant lesquels Hajhattab était incontrôlable. Criant «les enfants» à de nombreuses reprises, il a violemment projeté au sol un constable qui tentait d’aider ses collègues.

La conjointe de l’accusé a, d’autre part, été arrêtée par la suite puisqu’elle tentait d’interférer entre les constables et son conjoint. Il aura finalement fallu l’arrivée d’une demi-douzaine d’agents pour que l’homme soit maîtrisé sans vraiment être calme.

Menotté dans le corridor pour descendre vers les cellules, Nadim Hajhattab criait «vous êtes des malades».

Coupable sur toute la ligne

Après ce violent interlude, la juge a décidé de terminer de lire sa décision en l’absence de l’accusé. Celui qui avait une clinique de massothérapie à Sillery a agressé sexuellement trois clientes en 2012.

Exigeant qu’elles se déshabillent complètement, l’accusé a fait des attouchements intrusifs sur les parties génitales des femmes sans leur consentement. La juge a établi que celles-ci étaient tout à fait crédibles dans leur témoignage et reconnu coupable Hajhattab des trois chefs d’accusation.