/sports/opinion/columnists
Navigation

Un pas en avant, deux en arrière

À plusieurs reprises cette saison, nous avons eu l’impression que l’Impact était dans la bonne direction pour finalement s’effondrer le match d’après.
Photo agence qmi, thomas b. Shea À plusieurs reprises cette saison, nous avons eu l’impression que l’Impact était dans la bonne direction pour finalement s’effondrer le match d’après.

Coup d'oeil sur cet article

Comment les joueurs et le personnel d’entraîneurs de l’Impact peuvent-ils rester si calmes ? En entrevue après les matchs, ils adoptent tous un discours semblable : « On va continuer à travailler, on n’a pas joué un bon match... », etc., etc.

À un moment, faudra arrêter de travailler et trouver de vraies solutions ! Peut-être gardent-ils leur sang-froid parce que c’est l’image que le groupe veut projeter, mais savent-ils seulement qu’ils ne trompent personne ?

À plusieurs reprises cette saison, nous avons eu l’impression que le club était dans la bonne direction pour finalement s’effondrer le match d’après. C’est arrivé à Houston la semaine dernière après un bon match contre D.C.United le week-end précédent.

Certes, ils peuvent blâmer les blessures et les joueurs qui ont dû rejoindre leurs sélections nationales pour leur place au classement, mais n’en demeurent pas moins que les bonnes équipes ont réussi à trouver des solutions à ces contretemps. C’est le cas notamment du Fire de Chicago et du Sporting Kansas City cette saison.

En somme, on se rend compte que cette équipe n’était pas construite et préparée à ce genre de situation. Peut-être que la prochaine fenêtre de transferts pourra rectifier le tir.

Maladie chronique

Contre le Dynamo à Houston, ce sont les mêmes problèmes défensifs qui ont coulé le XI montréalais. Il n’y avait pas une minute d’écoulée que l’adversaire était déjà devant par un but, de quoi couper les jambes à toute une équipe.

Sur l’action, tout le monde espérait que son coéquipier fasse le travail à sa place. Une majorité d’équipes de soccer de nos jours défend les coups de pied de coin « en zone ». Plutôt que de marquer chaque opposant de façon individuelle, les joueurs d’une même équipe sont affectés à une partie de la surface qu’ils doivent protéger.

Mais dans ce genre d’organisation, il ne s’agit pas seulement de couvrir une zone, il faut aussi attaquer le ballon quand il est joué et suivre les joueurs qui y passent.

C’est ce qui a fait défaut sur le premier but du Dynamo. Laurent Ciman a laissé le joueur qu’il marquait pour en défendre un autre et attaquer le ballon. Chris Duvall posté tout près n’a pas reconnu le mouvement de son coéquipier et a laissé fin seul Andrew Wenger. Il n’a pas reconnu la permutation qui devait s’opérer sur le jeu.

Bref, l’Impact s’est rendu coupable d’erreurs dans la communication et dans la réaction. De plus, le positionnement du corps des défenseurs n’était pas ce qu’il aurait dû être. Dans ce genre de situation, il faut absolument que le défenseur soit en mesure de voir le joueur et le ballon. Autant de détails qui ont placé l’Impact en retard d’un but à peine le match commencé.

Oui, il restait 89 minutes à jouer, mais l’Impact ne s’en est jamais remis.

Gold Cup

Le Canada a bien amorcé le tournoi de la Gold Cup avec une victoire face à la Guyane. Dans les circonstances, c’est un résultat positif. Un point contre le Costa Rica ou le Honduras pourrait suffire à le qualifier pour le tour suivant.

Mais ça ne sera pas de la tarte. Ces deux pays auront le couteau entre les dents face aux joueurs de l’unifolié. En ce sens, la sélection canadienne aurait peut-être aimé engranger un meilleur différentiel de but d’entrée de jeu puisqu’il pourrait faire la différence à la fin du tour préliminaire.

Le match a mis en évidence les habiletés du jeune Alphonso Davies. À 16 ans seulement, il devrait être un pilier de cette sélection pour encore longtemps.

Finalement, c’est l’occasion d’observer le travail du nouveau sélectionneur Octavio Zambrano. Je suis curieux de voir ce qu’il veut établir avec cette équipe et dans quelle direction il orientera le pays pour les prochaines années.