/world/usa
Navigation

De jeunes Afghanes autorisées à participer à un concours scientifique aux États-Unis

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | De jeunes Afghanes ont finalement obtenu leurs visas pour participer à un concours de robotique à Washington du 16 au 18 juillet, après s’être d’abord vu interdire l’accès au territoire américain, ont annoncé les organisateurs mercredi.

Les autorités américaines avaient d’abord interdit la participation à ce concours à plusieurs écoliers ou étudiants originaires de pays à majorité musulmane, en droite ligne avec la politique plus stricte en matière de visas adoptée par l’administration du président Donald Trump.

C’est face aux critiques publiques concernant l’absence forcée de ces jeunes filles originaires de Hérat en Afghanistan que le président américain aurait amené son administration à revoir sa position, selon la presse américaine.

«Je suis extrêmement reconnaissant au gouvernement américain et au département d’État de s’être assurés que l’Afghanistan (...) pourra nous rejoindre et participer à cette compétition internationale cette année», s’est félicité le président de ce concours FIRST Global Challenge, l’ancien amiral de l’US Navy et désormais membre du Congrès Joe Sestak, en soulignant les arrivées également des équipes venues du Yémen, de Libye et du Maroc.

«Les 163 équipes candidates, de 157 pays, ont obtenu leurs visas des États-Unis, y compris celles venues d’Iran, du Soudan, et l’équipe formée de réfugiés syriens», a souligné M. Sestak: «Je ne pourrais pas être plus fier».

En mars, aucun des candidats africains au Sommet sur le développement et l’Économie en Afrique n’avait pu obtenir un visa pour cette rencontre organisée en Californie, selon les organisateurs.

Une version atténuée des décrets anti-immigration de l’administration Trump est récemment entrée en vigueur, limitant les entrées de visiteurs venus d’Iran, de Libye, de Somalie, du Soudan, de Syrie et du Yémen et ce en attendant la décision finale de la Cour suprême sur ces décrets.

Les visiteurs venus d’Afghanistan ne sont pas concernés par ces décrets.