/world/middleeast
Navigation

Des cours d'éducation physique pour les filles

Des cours d'éducation physique pour les filles
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Des cours d’éducation physique pour les filles et les garçons, ça semble évident au Québec, mais en Arabie saoudite, ces cours seront offerts pour la première fois aux filles à la prochaine rentrée scolaire.

Le ministre de l’Éducation Ahmed bin Mohammed Al-Issa en a fait l’annonce cette semaine. Il n’a pas fourni de précisions quant aux activités qui seront accessibles aux filles, mais il a mentionné que le ministère allait les intégrer graduellement et conformément aux règles de la Charia.

L’Assemblée législative, un organe consultatif du gouvernement, a approuvé cette mesure en 2014, mais la décision a reçu de vives critiques de la part des autorités religieuses qui y voyaient une occidentalisation de la société. Depuis les trois derniers mois, une équipe mandatée par le Ministère de l’Éducation a révisé de façon intensive toutes les mesures et les recommandations dans ce dossier.

«Je suis vraiment heureuse d’en être arrivée à la mise en place d’une telle initiative. Il s’agit d’une journée historique pour toutes les filles saoudiennes du royaume», a mentionné au site de nouvelles Arab News une des membres de l’Assemblée législative Lina K. Almaeena.

Pas assez actifs

Ce changement découle du plan «Vision 2030» qui vise entre autres à augmenter la pratique de l’activité physique en Arabie saoudite, à diversifier l’économie du pays et à rendre la vie des citoyens plus agréable.

Le gouvernement cherche ainsi à gonfler le pourcentage de gens s’exerçant au moins une fois par semaine à 40 %, alors que ce chiffre se situe actuellement à 13 %, selon les données du gouvernement.

Si la mesure permet l’accès à l’éducation physique pour l’ensemble de la population, l’Arabie saoudite a tout de même autorisé les filles à faire du sport dans les écoles privées il y a quatre ans. Même avant, certaines filles pratiquaient déjà des activités physiques, dans la mesure où leur famille le tolérait et leur fournissait des sites d’entraînement privés, à l’abri des yeux des citoyens.

En 2012, l’Arabie saoudite a permis à deux femmes de participer aux Jeux olympiques à Londres, mais seulement après que le Comité international olympique ait menacé le pays d’être banni s’il envoyait seulement des hommes. En 2016, quatre femmes ont pris part aux Jeux olympiques à Rio, au Brésil.