/news/politics
Navigation

Une réforme «idéologique», dit la Coalition objectif dignité

Un nouveau programme lié à la réforme de l’aide sociale fait réagir une vingtaine d’organismes

La réforme de l'aide sociale du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, est décriée par la la Coalition objectif dignité.
Photo d'archives, Simon Clark La réforme de l'aide sociale du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, est décriée par la la Coalition objectif dignité.

Coup d'oeil sur cet article

Avec sa réforme de l’aide sociale, le gouvernement Couillard cherche à créer une main-d’œuvre bon marché pour les employeurs, clame la Coalition objectif dignité.

Le regroupement d’une vingtaine d’organismes nationaux dénonce le projet de règlement, publié mercredi dans la Gazette officielle, qui permettra la mise en œuvre l’hiver prochain du programme Objectif emploi.

Celui-ci obligera les nouveaux demandeurs de l’aide sociale à participer à un programme de réinsertion au travail, de retour aux études ou d’un suivi social, notamment pour les toxicomanes.

Les participants obtiendront une prestation supplémentaire maximum de 260 $ par mois, tandis que ceux qui refusent verront leur prestation d’aide sociale amputée de pénalités pouvant aller jusqu’à 224 $ par mois.

Consultations

« Les deux seules organisations qui ont applaudi le ministre lors du dépôt du projet de loi, c’est la Fédération des chambres de commerce du Québec et la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, a souligné mercredi le co-porte-parole de la Coalition objectif dignité Serge Petitclerc. Ces gens-là poussent dans le dos du gouvernement depuis des années pour qu’il y ait plus de gens qui acceptent leurs jobs. »

« C’est purement idéologique », dit-il, au sujet de la réforme du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais.

La Coalition dénonce également le fait que les consultations sur le règlement, d’une durée de 60 jours, se feront en plein été. « C’est la meilleure manière pour que ça tombe sous le silence », lance Serge Petitclerc.

« Les poqués »

Pour lui, certains bénéficiaires de l’aide sociale participeront « avec enthousiasme » au programme Objectif emploi, tandis que d’autres « vont être prêts à signer n’importe quoi pour être sûrs de ne pas avoir de coupures ». « Et il y a les autres. Les autres, excusez-moi l’expression, ce sont les poqués, les gens qui sont hypothéqués parce qu’ils ont eu une vie difficile, souligne Serge Petitclerc. [...] C’est eux qui vont avoir les coupures. »