/24m/outings
Navigation

Show Malade Mental : une thérapie qui tombe à point

Show Malade Mental : une thérapie qui tombe à point
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le grand cabinet psychiatrique piloté par Alexandre Bisaillon au Zoofest utilise habilement l’humour pour ausculter la maladie mentale, mais demeure parfois trop en surface.

Véritable bibitte à l’énergie folle, Alexandre Bisaillon sait comment mettre le public dans sa poche de jeans. Obligeant dès le début du spectacle plusieurs spectateurs à venir combler les sièges vides, discutant avec naturel avec certains membres de l’audience plus dégourdis, l’humoriste instaure une ambiance complice et ouverte, parfaite pour le contenu qu’il s’apprête à présenter.

Pas facile en effet de venir livrer du matériel inédit sur un thème aussi délicat et personnel que la maladie mentale. En parlant ouvertement de son anxiété et de ses tics corporels, qu’il interprète d’ailleurs avec beaucoup d’autodérision, l’animateur réussit le défi haut la main.

Comme la programmation du spectacle change à chaque représentation, il est ardu d’énoncer une critique qui s’appliquera à la lettre à l’ensemble de l’exercice. Lundi soir, ce sont Guillaume Pineault, Anthony Montreuil, Yannick de Martino, Roman Frayssinet et Sam Breton qui sont passés au confessionnal, avec des résultats mitigés.

Non que les numéros ne soient pas de qualité, mais certains semblaient moins suivre le thème imposé. On avait hâte d’entendre Anthony Montreuil, qui est atteint notamment de trouble bipolaire à épisode maniaque. Ce dernier a proposé un numéro hilarant et singulier, sans toutefois aborder de front la maladie mentale dont il souffre, proposant plutôt des trucs lorsqu’on se fait prendre à se parler à soi-même. Si les humoristes présents souffrent tous d’un trouble particulier, on aurait aimé les voir fouiller encore plus le sujet, peu exploité et si riche.

D’autant plus que creuser à travers leur propre vécu s’est avéré payant envers le public, dont plusieurs membres sont certainement eux-mêmes atteints d’un trouble mental. Comme le souligne d’ailleurs Alexandre Bisaillon, c’est une personne sur cinq qui en expérimentera au cours de sa vie.

Il est donc rafraîchissant et franchement rassurant de voir des humoristes sur scène partager leur expérience. Guillaume Pineault qui se fait piéger par une patiente de l’aile psychiatrique, Yannick de Martino qui faisait des sons étranges dans des situations sociales...Là réside la force de ce concept, dans ces anecdotes cocasses et tellement humaines, qui font du bien.

Le Show Malade Mental est présenté jusqu’au 20 juillet, au festival Zoofest.