/finance/business
Navigation

Marché Goodfood : 10 000 abonnés de plus au troisième trimestre

Marché Goodfood : 10 000 abonnés de plus au troisième trimestre
Capture d'écran, Marché Goodfood

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le service de livraison de repas prêts à cuisiner Marché Goodfood a enregistré une hausse de 10 000 nouveaux abonnés au troisième trimestre terminé le 31 mai dernier par rapport au trimestre précédent.

Au moment de dévoiler ses résultats jeudi, l’entreprise montréalaise a indiqué qu’elle comptait désormais 23 000 clients actifs, soit 10 fois plus que ce qu’elle dénombrait à la fin du trimestre correspondant de 2016.

«Nous sommes très heureux des résultats du troisième trimestre alors que de plus en plus de Canadiens adoptent l’expérience Goodfood pour préparer sans souci un repas abordable fait d’ingrédients frais», a dit Jonathan Ferrari, chef de la direction de Marché Goodfood, par communiqué.

Son entreprise livre chaque mois plus de 200 000 repas au Québec, en Ontario et dans les provinces de l’Atlantique.

«L’engouement pour nos produits s’accélère, comme le démontre l’augmentation significative du nombre d’abonnés actifs et des revenus en comparaison de la même période de l’exercice précédent et du trimestre précédent. La marge brute a progressé considérablement d’une année à l’autre en raison des économies d’échelle enregistrées au fil de notre croissance», a ajouté M. Ferrari.

Selon Marché Goodfood, ses revenus «ont plus que quintuplé, atteignant le cap de 6,4 millions $ pour le trimestre et de 12,3 millions $ depuis le début de l’année comparativement à l’année précédente».

«Pour le troisième trimestre, la perte nette était de 1,2 million $, ou 0,05 $ par action (de base et diluée), comparativement à une perte nette de 0,3 million $ ou 0,01 $ par action (de base et diluée) pour la période correspondante de 2016. L’augmentation de la perte nette était principalement attribuable à l’augmentation des frais requis pour soutenir la croissance», a précisé Marché Goodfood, qui compte 300 employés.

Jonathan Ferrari croit toutefois que son entreprise a les reins assez solides pour croitre.

«L’industrie canadienne des paniers de repas n’en est qu’à ses débuts et nous sommes bien placés pour consolider notre position de chef de file. Notre récente arrivée sur le marché boursier et la clôture d’un placement privé de 21 millions $ nous procurent les ressources financières qui nous permettront de poursuivre les investissements dans nos initiatives de mise en marché afin d’augmenter le nombre d’abonnés actifs, d’agrandir nos installations de distribution et d’établir une plateforme nationale au cours des 12 prochains mois», a-t-il indiqué.

Pour assurer sa croissance, l’entreprise misera notamment sur le marketing ciblé et la mise en place d’une plateforme nationale.

L’entreprise disposera de nouvelles installations de distribution à compter du 1er trimestre de l’exercice 2018 dans la grande région de Montréal, ce qui «augmentera considérablement la capacité de production».