/news/consumer
Navigation

Ils se font financer leur perte de poids

Une banque alimentaire profite de cette initiative

Coup d'oeil sur cet article

DRUMMONDVILLE | Des personnes aux prises avec un surplus de poids décident de manger moins pour permettre aux plus démunis de manger à leur faim.

Le Comptoir alimentaire Drummond tient actuellement un concours original pour amasser des fonds. Il demande à des personnes qui veulent maigrir de se faire commanditer chaque livre qu’ils s’engagent à perdre.

De cette façon, ils sont motivés à manger moins pour que les pauvres mangent plus.

L’idée est d’abord venue à Stéphane Renaud, en 2014, alors qu’il avait plus de 40 livres à perdre.

Il a donc proposé à son entourage de lui verser des sous pour chaque livre qu’il éliminerait.

«Il y en a qui m’ont donné jusqu’à 7 $ par livre perdue», relate-t-il.

Il s’engageait à remettre l’argent recueilli au Comptoir alimentaire Drummond, qui distribue de la nourriture aux gens dans le besoin dans la région de Drummondville.

Don de 1000 $

Stéphane Renaud pose avant et après avoir maigri. Il a perdu plus de 40 livres, ce qui lui a permis de remettre 1000$ à la banque alimentaire de Drummondville.
Photo courtoisie, Caroline Lepage
Stéphane Renaud pose avant et après avoir maigri. Il a perdu plus de 40 livres, ce qui lui a permis de remettre 1000$ à la banque alimentaire de Drummondville.

M. Renaud avait déjà eu recours à des dépannages alimentaires durant une période creuse de sa vie.

« Je voulais donner au suivant », partage-t-il.

Le fait d’impliquer des proches dans sa perte de poids l’a motivé à manger mieux et moins, en plus de bouger davantage. Ces simples changements à son mode de vie lui ont rapidement permis d’atteindre son poids santé, qu’il maintient depuis.

« Les gens me surveillaient et c’était bon pour mon orgueil », dit-il avec le sourire.

Quand M. Renaud a remis les 1000 $ qu’il a amassés grâce à sa perte de poids, le Comptoir a été séduit. L’organisme a lancé le « Bedon dons » et a invité d’autres volontaires à maigrir en aidant ceux qui ne mangent pas à leur faim.

Actuellement, une des participantes, Chantal Jourbarne, est soutenue financièrement et psychologiquement par une douzaine de parrains. Ils commanditent les 20 livres qu’elle s’est engagée à perdre, au profit de l’organisme.

« À ma connaissance, il n’y a pas d’autres concours semblables au Québec », avance Nathalie Belletête, directrice du Comptoir.

Bienfaits

« C’est tellement un beau concept ! J’aide et je suis aidée...», s’exclame Mme Jourbarne.

« J’ai perdu 8,8 livres en deux mois. Je ressens les bienfaits de ma perte de poids. Je commence à me sentir belle », exprime-t-elle.

Avec plus de 40 livres en moins, M. Renaud se sent mieux dans sa peau et plus crédible.

« On ne m’appelle plus “le gros Stéphane” », donne-t-il en exemple.

Il s’est également dit très heureux d’avoir réduit son tour de taille en aidant son prochain.