/sports/opinion/columnists
Navigation

Streit ou Markov?

Coup d'oeil sur cet article

Mark Streit a du vécu. Il a connu une intéressante carrière dans la Ligue nationale. Mais son talent ne se compare pas du tout à celui de Andrei Markov.

Entre Streit et Markov, la discussion ne s’éternise pas.

Du moins, pas au niveau du talent.

Sauf que Marc Bergevin ne veut pas payer le somme de 6 M $ par saison pour un joueur de 38 ans. Il ne veut pas s’embarquer dans un tel investissement... même si le défenseur russe aurait possiblement une place dans le «Top Quatre» à la défense. Je souligne bien possiblement. Parce que, dans les faits, peut-on l’utiliser contre les joueurs élites de l’adversaire?

Peut-il affronter Auston Matthews par exemple?

Peut-il limiter les dégâts face à Evgeni Malkin ou Sidney Crosby?

Peut-il stopper Steven Stamkos?

L’option Streit

Streit a 1,5 million $ par saison, comme le précisait mon collègue Marc DeFoy, cette semaine, est une option que Bergevin doit étudier avec beaucoup d’attention.

Sauf qu’il a 40 ans.

Qu’il a connu bien des ennuis l’an dernier avec les Flyers de Philadelphie et qu’il était simplement un réserviste avec les Penguins de Pittsburgh.

Est-ce que Streit pourrait se démarquer parmi les défenseurs du Canadien si on fait exception de Jeff Petry, Karl Alzner et Shea Weber qui occupent les trois premières places?

Si on questionne comment se comportera Markov contre les meilleurs joueurs adverses, dans le cas de Streit, on s’arrête uniquement à un rôle de réserviste.

Par conséquent, plutôt que de dépenser 1,5 million $ pour un défenseur de 40 ans avec des ressources très limitées, pourquoi ne pas ouvrir les portes à un jeune défenseur de l’organisation?