/news/politics
Navigation

Au Stampede de Calgary, Trudeau doit encore s'expliquer au sujet d'Omar Khadr

Coup d'oeil sur cet article

CALGARY - Le premier ministre Justin Trudeau a assisté au Stampede, samedi après-midi, à Calgary, où il n’a pas échappé aux questions des journalistes sur l’affaire du versement de 10,5 millions $ à Omar Khadr.

Selon le «Calgary Sun», M. Trudeau a dû justifier la décision de son gouvernement d’avoir conclu une entente secrète avec le Canadien emprisonné à Guantanamo – alors qu’il était un adolescent - relativement à la mort en 2002 d’un militaire américain à la suite d’une attaque en Afghanistan et de lui avoir fait des excuses officielles.

 

Le premier ministre a d’abord répété ce qu’il a dit à plusieurs reprises au cours des derniers jours, c’est-à-dire que le gouvernement n’avait aucune chance de gagner en cour contre Omar Khadr - qui avait déposé contre Ottawa une poursuite de 20 millions $ - et que la facture aurait été bien supérieure au bout du compte si le gouvernement avait décidé de se défendre en cour.

Puis, il a dit qu’il espérait que cette affaire serve d’exemple aux futurs gouvernements canadiens.

«Lorsque les gouvernements violent les droits fondamentaux des Canadiens, il y a des conséquences et nous espérons que le message ainsi passé à tous les futurs gouvernements est: vous ne pouvez pas ignorer ou être complices de la violation des droits fondamentaux des Canadiens, peu importe ce qu’ils ont fait.»

Au cours de la journée, samedi, Justin Trudeau a rencontré le maire de la ville, Naheed Nenshi, avant de participer au déjeuner de l'association communautaire Marda Loop et du centre communautaire Parkdale en compagnie du ministre des Anciens Combattants, Kent Hehr.

MM. Trudeau et Hehr ont ensuite visité le village amérindien du Stampede et assisté à la traditionnelle compétition de rodéo au Grandstand.

Le premier ministre canadien a aussi profité de son passage à Calgary pour rencontrer Justin-Trudeau Adam Bilal, un jeune garçon de 10 semaines prénommé en son honneur. Ses parents, Afraa et Moe Bilal, sont des réfugiés syriens arrivés à Calgary en février 2016.