/weekend
Navigation

Pour cinéphiles avertis

Coup d'oeil sur cet article

Chaque année, les amateurs de sueurs froides, frissons et hémoglobine convergent vers le festival Fantasia. Leur but : découvrir les nouvelles sensations de l’horreur locales et internationales. Vous aimez les fantômes ? Les créatures ? Ou vous préférez les tueurs en série ? Le Journal vous propose ses coups de cœur de la programmation en matière d’épouvante.

Friendly Beast

Les 25 et 26 juillet

Photo courtoisie

 

Il y a déjà un bon moment qu’on attendait le premier long-métrage de la Brésilienne Gabriela Amaral Almeida. Souvent décrite comme une réplique féminine à Quentin Tarantino, elle nous a impressionnés à plusieurs reprises avec ses courts-métrages, ainsi que When I Was Alive, petit bijou de l’horreur dont elle signe le scénario. Avec le huis clos Friendly Beast, elle explore les abîmes de la bête humaine, alors que l’équipe d’un restaurant est prise en otage. On nous promet une œuvre provocante et brutale. Et on sera au rendez-vous pour la découvrir.

Prey

Le 1er août

Photo courtoisie

 

Bien connu pour son côté excentrique, le ­réalisateur néerlandais nous arrive cette année avec une comédie d’horreur déjantée dans laquelle un lion sème la terreur dans les rues d’Amsterdam. Les images qu’on a pu en voir laissent présager de l’action, des rires... et une bonne dose d’hémoglobine. Bref, une combinaison gagnante ayant fait le succès de classiques tels que Shaun of the Dead et Dean Alive.

House of the Disappeared

Les 18 et 20 juillet

Photo courtoisie

 

Remake coréen du diablement efficace La casa del fin de los tiempos, House of the Disappeared semble promis à surpasser son prédécesseur, du moins en matière d’atmosphères glauques et inquiétantes. On y retrouve une jeune femme condamnée à tort du meurtre de son mari et de la disparition inexplicable de son fils, deux événements survenus dans la demeure familiale. Après avoir passé 25 années en prison, elle retourne sur les lieux du crime, bien décidée à élucider tous les mystères de cette maison.

Better Watch Out

Le 28 juillet

Photo courtoisie

 

Après Black Christmas, Krampus et autres Silent Night, Deadly Night, Hollywood s’apprête­­­ à nous servir un nouveau film d’horreur... de Noël. Même si cet argument est en soi suffisant à piquer notre curiosité, Better Watch Out semble, en plus, être en voie de réinventer le genre désormais éculé des ­invasions à domicile. Espérons qu’il saura le faire aussi bien que Babysitter Wanted l’avait fait, toujours à Fantasia, à l’été 2008.

Replace

Le 16 juillet

Photo courtoisie

 

Barbara Crampton. Ce nom à lui seul a éveillé notre intérêt pour le film Replace.

Il faut dire que l’actrice américaine et, véritable vétéran de l’horreur, est sur une belle lancée depuis qu’elle a renoué avec l’épouvante avec You’re Next en 2011. Et ce nouveau film semble destiné à faire partie de cette lignée. On y découvrira une jeune femme aux prises avec de sérieux problèmes cutanés qui traque ses victimes dans un seul but : voler, puis porter leur épiderme.

Innocent Curse

Le 28 juillet

Photo courtoisie

 

Les fans d’épouvante sont déjà familiers avec le nom de Takashi Shimizu grâce au désormais culte Ju-on et son remake américain The Grudge (ou Rage meurtrière dans sa version française) qu’il a tous les deux réalisés. Il se penche à nouveau sur une histoire macabre mettant en scène des enfants avec Innocent Curse, son tout nouveau film où des jeunes portés disparus sont retrouvés sains et saufs... mais ceux qui les accueillent à leur retour se mettent invariablement à mourir dans des circonstances mystérieuses.

My Friend Dahmer

Le 16 juillet

Photo courtoisie

 

Décidément, Ross Lynch prend les grands moyens pour se défaire de l’étiquette Disney qui lui colle à la peau depuis qu’on l’a vu dans Austin & Ally et Teen Beach Movie. Le jeune acteur de 21 ans prête aujourd’hui ses traits au célèbre meurtrier Jeffrey Dahmer, cannibale notoire ayant fait 17 victimes jusqu’à son arrestation au début des années 1990. Le film My Friend Dahmer est en fait une adaptation du roman graphique du même titre dans lequel l’auteur John Backderf, alias Derf, documente l’adolescence du tueur qu’il a lui-même côtoyé à l’école secondaire.