/lifestyle/hangout
Navigation

Rendez-vous 2017: voiliers à admirer

Rendez-vous 2017: voiliers à admirer
Photo courtoisie, Sail Training Int.

Coup d'oeil sur cet article

Du 18 au 23 juillet, Québec vibrera au rythme du grand rendez-vous naval, qui verra débarquer dans le secteur du Vieux-Port tout près de 40 immenses voiliers de partout dans le monde et leurs 3000 membres d’équipage. Pour cet événement jamais vu depuis les festivités de 1984, les géants des mers ouvriront leurs portes et donneront aux visiteurs un aperçu de la vie à bord. Pour vous aider à en profiter, Le Journal vous présente cinq bateaux aux attraits remarquables.

El Galeon : le roi des mers

Depuis qu’il a été mis à l’eau en 2010, le <i>El Galeon</i> a parcouru plus de 48 000 milles nautiques et visité quatre continents.
Photo courtoisie, Sail Training Int.
Depuis qu’il a été mis à l’eau en 2010, le El Galeon a parcouru plus de 48 000 milles nautiques et visité quatre continents.

Réplique grandeur nature des galions espagnols du 16e siècle, le El Galeon fait tourner les têtes partout où il s’amarre. C’était notamment le cas l’été dernier, à Québec, alors que quelques milliers de personnes avaient pu monter sur le pont pendant un court arrêt. Le navire de bois, que l’on a pu apercevoir dans les films Pirates des Caraïbes, est en fait un voilier musée rappelant les grandes expéditions des puissances européennes de l’époque et les premiers voyages épiques entre les continents.

Bluenose II : l’icône canadienne

Véritable légende, la goélette canadienne <i>Bluenose</i> a remporté 18 courses internationales. Sur la photo, sa réplique, le <i>Bluenose II</i>.
Photo courtoisie, Sail Training Int.
Véritable légende, la goélette canadienne Bluenose a remporté 18 courses internationales. Sur la photo, sa réplique, le Bluenose II.

Le Bluenose II fait la fierté du Canada à titre d’héritier du premier Bluenose, construit en 1921 à Lunenburg et bien connu pour n’avoir perdu aucune course internationale de grands voiliers pendant 18 années consécutives. C’est d’ailleurs lui qui figure sur le revers des pièces de 10 cents canadiens, et ce, depuis 1937. Le navire n’est jamais oublié après qu’il eut sombré au large d’Haïti en 1946, et de nos jours, sa réplique a pour mission de promouvoir le tourisme en Nouvelle-Écosse, où se trouve son port d’attache.

Lord Nelson : la navigation accessible à tous

Rendez-vous 2017: voiliers à admirer
Photo courtoisie, Sail Training Int.

Le Lord Nelson est le premier navire conçu spécifiquement pour pouvoir accueillir des personnes ayant un handicap physique. À cette fin, le voilier britannique est adapté aux fauteuils roulants, et il possède un compas parlant pour les personnes aveugles ou encore un système hydraulique facilitant la gouverne du navire. Capable de naviguer sur n’importe quelle mer du globe, le Lord Nelson est un symbole de l’intégration des personnes handicapées.

Wylde Swan : le naviredes passionnés

Rendez-vous 2017: voiliers à admirer
Photo courtoisie, Sail Training Int.

On visite le Wylde Swan pour sa riche histoire et pour son équipage passionné de navigation. Le géant néerlandais commence sa carrière en 1920 comme chalutier destiné à la pêche au hareng. Il est conçu dès le départ pour être rapide afin d’approvisionner les marchés avec des produits les plus frais qui soient. Il change ensuite de mains plusieurs fois, et est même réquisitionné par les troupes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, il accueille des apprentis marins.

Atyla : l’exotique

En service depuis plus de trois décennies, l’<i>Atyla</i> est entièrement construit en bois et son design évoque les navires espagnols du 19<sup>e</sup> siècle.
Photo courtoisie, Sail Training Int.
En service depuis plus de trois décennies, l’Atyla est entièrement construit en bois et son design évoque les navires espagnols du 19e siècle.

L’Atyla provient de Vanuatu, un archipel de l’Océanie, mais a en fait été conçu en Espagne dans les années 1980. Son premier propriétaire rêvait de construire un grand voilier en bois qui serait capable de faire le tour du monde. La goélette n’accomplira jamais ce projet, et servira plutôt à des fins de tourisme jusqu’en 2013, où le neveu du propriétaire en fait l’acquisition. L’Atyla est depuis ce temps consacré à la formation internationale.

 

Six jours de festivités

19 au 22 juillet - à partir de 11h

  • Visite libre des grands voiliers au port de Québec

20 juillet - 14h

  • Parade des 3000 membres d’équipage dans les rues du Vieux-Québec

22 juillet - 22h

  • Grand feu d’artifice au-dessus du fleuve Saint-Laurent

19 et 21 juillet - 21h

  • Spectacle « Veles e Vents » de la compagnie espagnole Xarxa Teatre
  • Tous les jours, à partir de 14h Spectacle « Mâts et cordages » de l’École de cirque de Québec

23 juillet - 8h

  • Départ des grands voiliers