/travel/destinations
Navigation

Vaincre le Dieu à trois têtes

Coup d'oeil sur cet article

BOHINJ, Slovénie | Le plus haut sommet des Alpes juliennes, le mont Triglav, est peu connu hors d’Europe. Pourtant, il compte parmi les plus beaux habitats alpins du continent avec ses falaises blanches abruptes, ses crêtes aiguisées et ses pics enneigés.

Planté dans le nord-ouest du pays dans le parc Triglavski Narodni, il est, avec ses 2864 m, le plus haut des 52 sommets de cette chaîne de montagnes. Au-delà de cette marque, il possède une signification très particulière pour tous les Slovènes depuis plus d’un millénaire.

Les premiers Slaves croyaient en effet que cette montagne abritait une divinité à trois têtes qui régnait sur le ciel, la terre et l’enfer, d’où son nom Triglav. Il orne d’ailleurs le drapeau et le blason de la nation, ainsi que la face des pièces de 50 centimes d’euro.

Écosystème particulier

Le mont Triglav est doté d’un écosystème particulier où vivent plusieurs espèces endémiques, tant en ce qui concerne la flore que la faune. Côté végétation, on trouve des fleurs aux colorations multiples, dont l’edelweiss, des orchidées, des gentianes, des campanules et du pavot.

L’ours brun vient régulièrement faire son tour dans le parc, bien qu’aucun individu ne réside en permanence à l’intérieur de ses limites. La population de chamois avoisine pour sa part près de 3000 individus. Parmi les autres animaux, notons le bouquetin, le cerf élaphe et le lynx.

Les oiseaux ne sont pas en reste avec 84 espèces qui y établissent leur nid. De ce nombre, le Grand Tétras est une espèce menacée. L’aigle royal, le vautour fauve, la perdrix bartavelle, le monticole de roche et le tichodrome échelette volent aussi dans ce secteur.

Au sommet

Un itinéraire apprécié des randonneurs est celui partant du lac de Bohinj, le plus grand de la Slovénie, et ce, même s’il s’étale sur trois jours. Le parcours débute à l’ouest du plan d’eau, à proximité de la cascade de la Savica.

Le sentier zigzague ensuite le long du pic escarpé de Komarca. Après quatre heures de marche au nord des cascades, vous atteindrez le Koca pri Triglavskih Jezerih où vous passerez une première nuit à 1685 m d’altitude.

Le lendemain, visez le plateau de Hribarice, avant de descendre vers le col de Dolic et le refuge de Tržaška Koca na Dolicu. Un autre gîte, le Dom Planika pod Triglavom, se trouve à une heure trente au nord-est. De là, il ne reste qu’une heure pour atteindre le sommet, d’où il est possible, à l’occasion, de voir la mer Adriatique.

Une fois le pic atteint, vous aurez droit au respect éternel des Slovènes, car un proverbe local dit qu’on ne peut être considéré comme un vrai Slovène si on n’a pas escaladé le mont Triglav.

Repères

Mont Triglav

♦ Accès : Le lac de Bohinj se situe à un peu plus de 80 km au nord-ouest de la capitale, Ljubljana.

♦ Période : De la mi-juillet à la mi-octobre.

♦ Argent : 1 $ = 0,68 euro

♦ Conseils : Même si vous avez de l’expérience en randonnée en terrain montagneux, la compagnie d’un guide local vous aidera à mieux choisir les sentiers en fonction de leur état, tout en réservant refuges et transports.

♦ Bon à savoir : Le mont Triglav est l’une des destinations favorites des Slovènes, surtout les week-ends. Chaque année, le parc accueille d’ailleurs 1,6 million de visiteurs.

♦ Hébergement : Quel que soit votre choix parmi la vingtaine de trajets possibles, vous devrez passer une à deux nuitées en montagne. Plus d’une cinquantaine de gîtes alpins offrent refuge et nourriture, bien que certains soient souvent bondés.

♦ Sécurité : Outre la difficulté du parcours, l’une des principales sources de danger vient de l’intense fréquentation des sentiers par beau temps. À l’approche du sommet, des dizaines de personnes se croisent le long de l’étroite crête rocheuse. La météo peut aussi être imprévisible au-delà de 1 500 m, avec des orages violents sortant de nulle part.