/news/consumer
Navigation

Steve’s Music Store forcé de déménager

Il est installé depuis 50 ans rue Saint-Antoine

Déménagement Steve
Photo Catherine Montambeault René Mongrain travaille depuis 18 ans au mythique magasin de musique Steve’s.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir passé plus de 50 ans rue Saint-Antoine, le mythique magasin de musique Steve’s déménagera ses centaines d’instruments sur la rue Sainte-Catherine Est d’ici septembre.

«Ça va être un magasin neuf, mais on garde le côté vintage. C’était très important pour nous de garder notre saveur et de ne pas devenir un magasin à grande surface comme les autres. Ça va être écœurant!» s’exclame René Mongrain, le gérant de la boutique.

À Montréal, Steve’s Music Store compte 10 départements, qui s’étendent sur plusieurs immeubles contigus.

Expropriation

Il y a quelques mois, un avis d’expropriation a été envoyé au propriétaire des bâtiments qui abritent plus de la moitié de ces départements, forçant le magasin de musique à se relocaliser. Une extension du Palais des congrès pourrait prendre sa place.

Quant à la section dont Steve’s Music Store est propriétaire, elle sera convertie en un centre de services, de liquidation et de location d’instruments.

«Tout ça aurait pu être perçu comme un coup dans les dents, mais, au contraire, on a décidé de voir ça comme une opportunité, explique René Mongrain. Notre magasin central va devenir plus accessible et on va se rapprocher des musiciens, parce qu’on va être à côté des Foufounes électriques, du Club Soda et du Métropolis.»

La nouvelle succursale, située au 150, rue Sainte-Catherine Est, sera légèrement plus petite que l’ancienne, à aire ouverte et sur deux étages. Une scène aménagée à même le magasin permettra la tenue de spectacles. «Ça va être très dynamique comme endroit», indique M. Mongrain.

Depuis son ouverture, en 1965, Steve’s Music Store a vu défiler entre ses murs d’innombrables célébrités. «Francis Ca­bre­l, Paul Piché, Michel Rivard, Michel Pagliaro, Daniel Lavoie, Lisa Leblanc, Steve Hill... Ce serait moins long de dire qui ne vient pas ici!» lance M. Mongrain.

Vendre du rêve

Même si la boutique ne ferme pas ses portes, plusieurs employés et clients appréhendent le moment où ils devront dire adieu aux planchers croches et aux murs fissurés qui caractérisent cette institution.

Albert Chambers, propriétaire de Studio Base Bin, se souvient encore du jour où il a acheté sa première guitare chez Steve’s Music Store à l’âge de 14 ans. Aujourd’hui âgé de 50 ans, le Montréalais est toujours aussi fidèle à son magasin favori.

«C’est comme ma deuxième famille, dit-il. Dans toute ma vie, je n’ai dû entrer dans un autre magasin de musique qu’une ou deux fois.»

Lenny, le responsable des percussions à la boutique, éprouve différentes émotions à l’idée du déménagement. «On a hâte, mais en même temps, c’est triste. C’est toute une histoire qu’on laisse derrière», souligne-t-il.

Lorsqu’on lui demande s’il pense que les clients les suivront rue Sainte-Catherine, Lenny est catégorique : «Absolument, je ne suis pas inquiet. Ici, on vend du rêve, on vend de la passion. Et s’ils ne nous suivent pas, on ira les chercher!»